Présentation du projet de recherche

Le 8 mars 2012 l’Institut Mémoire des Editions Contemporaines de Caen a rendu hommage à Freddy Buache, Directeur de la Cinémathèque suisse à travers une projection-rencontre intitulée Freddy Buache, passeur du 7e art. Au lendemain de cet évènement, j’ai eu le plaisir et l’honneur de rencontrer Freddy Buache afin de mieux comprendre de quelle façon Henri Langlois et lui-même se sont rencontrés, et s’il lui est advenu de croiser Nicole Vedrès. Freddy Buache m’a rapporté qu’« en 1945-1946, […] Langlois parlait de Nicole Vedrès comme d’une personne vraiment importante qui pouvait se livrer à des explorations du cinéma ». Si l’auteure, chroniqueuse, essayiste et réalisatrice française Nicole Vedrès est incontestablement « [l’] une des figures majeures de Saint-Germain-des-Prés[1] », pour reprendre l’expression de Max Pol Fouchet, son implication dans les arts est peu mentionnée, et encore moins étudiée. À ce jour, il n’existe pas de monographie et rares sont les ouvrages qui la mentionnent. Ces derniers ne comportent que quelques lignes, parfois une ou deux pages, liées au sujet principal de l’ouvrage[2]. Seule exception, une thèse écrite en 1970[3] par Annette Smith, alors doctorante à Claremont Men’s College, dont les travaux portent sur les romans de Nicole Vedrès parus entre 1946 et 1966. Malgré la publication d’articles dans la presse française généraliste et spécialisée mentionnant, citant ou portant sur la réalisatrice, son travail demeure plus méconnu qu’inconnu.

Dans son ouvrage intitulé Un jour, je m’en souviens paru en 1968 Max Pol Fouchet évoque les ouvrages de Nicole Vedrès en déclarant : « […] un jour viendra où on lira, non pas seulement ses romans, mais peut-être plus encore ses chroniques parisiennes : les Abonnés absents, l’Horloge parlante, Point de Paris, etc., pour y trouver des documents d’époques, certes, mais surtout pour découvrir une certaine sagesse, une intelligence de notre temps[4]. » Ces qualités que nous confie l’auteur se retrouvent dans le processus créatif chez Nicole Vedrès et relève d’une approche à la fois archivistique et historiographique qu’il est possible d’identifier comme l’« élégance du geste ». La combinaison de ces deux champs disciplinaires ont donné naissance à quatre films : Paris mil neuf cent (1947), La vie commence demain (1949) Amazone (1952) et Aux frontières de l’homme (1953). Cette première approche m’a conduit à proposer ce projet de recherche qui traite de l’usage et du réemploi des documents et pièces d’archives dans l’œuvre de Nicole Vedrès dont le discours qui en résulte pose le septième art comme un témoin d’un temps.

Jérôme Allain

→ Accéder au chapitre suivant
→ Retour au sommaire

Pour citer ce texte :

Référence électronique : ALLAIN J., « Présentation du projet de recherche » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 5 juillet 2015. URL : http://paris1900.hypotheses.org/147

[1] FOUCHET Max-Pol, un jour je m’en souviens… Mémoire parlée, Paris, Mercure de France, 1968, p.180.

[2] François Albéra (professeur d’histoire et d’esthétique du cinéma à l’Université de Lausanne), Laurent Le Forestier (professeur en études cinématographiques à l’Université de Haute-Bretagne Rennes 2) et Laurent Véray (professeur d’études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Sorbonne Nouvelle paris 3) ont contribué à transmettre le travail de Nicole Vedrès lors de journées d’étude ainsi qu’à travers certains de leurs ouvrages.

[3] SMITH Annette J., L’œuvre de Nicole Vedrès, variations sur un thème tellurique, thèse de doctorat lettres, Claremont Men’s college, soutenue en Sorbonne, 1970, 489 p. Ses travaux – qui semblent ne pas avoir été publiés – sont mentionnés dans un article provenant du fonds Seuil (SEL 4517.7 ; consulté à l’Institut Mémoire des Editions Contemporaines de Caen entre le 23 au 25 novembre 2011).

[4] FOUCHET Max-Pol, un jour je m’en souviens, op. cit., p. 181. Cet extrait est repris en 2000 dans l’ouvrage Microclimats, une anthologie de chroniques de Nicole Vedrès publiée précédemment dans le périodique le Mercure de France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *