Une recherche à travers les notions de désordre et d’absence

L’étude des processus créatifs s’appuie aussi bien sur des objets mobiliers et immobiliers que sur des documents, quels que soient leur forme ou leur support provenant de différents fonds d’archives publics ou privés[1] qui ont fait l’objet ou non d’un classement. Travailler sur l’acte de création d’un(e) auteur(e), d’un(e) artiste ou d’un(e) cinéaste repose à la fois sur des documents achevés et inachevés tels qu’un arrêté, un contrat, une facture, une illustration, une lettre, une note personnelle, un scénario… Ces documents sont innombrables et leur consultation implique d’en connaître l’existence. Toutefois, il n’existe pas de fonds d’archives Nicole Vedrès. Depuis la publication en 1943 de son premier ouvrage, Un siècle d’élégance française, Nicole Vedrès s’est toujours gardée de parler de son travail lors d’émissions de radio ou d’entretiens pour la presse généraliste ou spécialisée. La rareté de ses documents de travail et donc l’absence de fonds d’archives de la réalisatrice sont autant de facteurs qui rendent difficile le travail du chercheur. Comment alors identifier et comprendre l’acte de création chez Nicole Vedrès en l’absence de documents ?

L’existence de documents administratifs émanant de différents fonds d’archives ouverts ou fermés[2] permet d’appréhender le regard de Nicole Vedrès sur ses œuvres, voire même sur sa pratique. En effet, il existe un grand nombre de documents riches et variés conservés dans différents établissements et organismes : les archives de maisons d’édition (Gallimard, Seuil), de personnes physiques (Brisson, Dort, Fouchet) et de tout autre établissement tel que la Cinémathèque française. Cette situation m’a amené à me questionner sur le statut des documents d’archives et l’usage de l’instrument de recherche, sujet de réflexion de mon mémoire en archivistique intitulé « Le répertoire comme source(s), un nouvel usage au service des lecteurs » (2013). Les recherches consacrées au processus créatif chez Nicole Vedrès ont conduit à consulter des fonds d’archives de différents producteurs afin de relever des documents qui porte, mentionne ou cite son nom et d’identifier des termes ou des notions reposant sur l’« absence » ou le « non-dit », et ce afin de tenter de comprendre l’ordre établi à travers le désordre des documents produits. Ainsi, serais-je tenté d’écrire qu’il s’agit de reconstituer avec parcimonie son œuvre et de tenter d’en comprendre les tenants et aboutissants à travers des manques épars.

Jérôme Allain

→ Accéder au dernier chapitre
→ Retour au sommaire

Pour citer ce texte :

Référence électronique : ALLAIN J., « Une recherche à travers les notions de désordre et d’absence » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 5 juillet 2015. URL : http://paris1900.hypotheses.org/149

[1] Cela comprend également les collections et bibliothèques rattachées aux fonds d’archives.

[2] On parle de fonds d’archives fermé lorsqu’il n’y a plus d’accroissement de documents.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *