Approche de l’acte de création chez Nicole Vedrès

La consultation de fonds d’archives détenus dans différents lieux de conservation a permis de relever une unité dans l’œuvre de Nicole Vedrès. Quel que soit le moyen d’expression utilisé (photographie, images en mouvement, texte écrit ou lu), la réalisatrice s’attache à restituer un événement, un fait authentique, qui a retenu son attention et qui soit significatif d’une époque. La collecte et l’analyse de données extraites des sources consultées m’ont permis d’établir trois hypothèses :

  • Premièrement, Nicole Vedrès semble avoir une approche archivistique et historiographique puisqu’elle s’appuie sur des documents et des pièces d’archives à valeur probante et produits au cours de l’époque qu’elle souhaite traiter dans ses ouvrages ou ses films ;
  • Deuxièmement, pour la réalisatrice, tout document et pièce d’archives porte une trace de sa propre époque. Toutefois, pour se préserver au mieux d’une interprétation erronée ou d’une surinterprétation, Nicole Vedrès préconise lors de l’écriture d’un scénario ou d’un ouvrage de suivre deux recommandations qu’elle a elle-même définies et appliqué dans ses films et ses livres :
      • La consultation et l’usage d’un grand nombre d’archives de tous types sans distinction esthétique, de support, de genre et de sujet.
      • De relever les traces du sujet traité. Pour y parvenir, il convient d’identifier « l’élégance du geste ». En d’autres termes, un élément créé ou naturel, un comportement, une intervention pouvant être identifiable par le croisement de sources authentique et relevant du quotidien. Pour ce deuxième point, il me semble important de rappeler qu’une scène n’est pas une trace, mais comporte un nombre indéterminé de traces. Cette trace étant un instant de vie que la réalisatrice capte sans pour cela le contrôler. Et c’est en rassemblant un certain nombre de ces éléments qu’il est possible de fonder différentes hypothèses qui permettent de voir et de transmettre autrement le moment de vie étudié.
  • Troisièmement, le processus créatif chez Nicole Vedrès met en évidence que le cinéma est un témoin d’un temps. En s’affranchissant de la narration et du déroulement du film, la caméra capte, à différents instants qu’il est possible d’isoler, l’essence d’un moment de vie à travers l’enregistrement d’un lieu, d’un vêtement, d’un geste ou d’une ambiance.

De ces hypothèses découle ma problématique. Comment l’auteure et réalisatrice française parvient-elle à mener une réflexion sur le médium cinéma et de ce fait devenir, à l’instar de Marguerite Duras, l’une des pionnières dans l’usage des archives filmiques et non filmiques ? Pour quelle raison et comment Nicole Vedrès, dont l’œuvre est méconnue par un grand nombre de personnes, est-elle considérée comme l’une des figures les plus importantes de Saint-Germain-des-Prés par la plupart des cinéastes français ? Nicole Vedrès peut-elle être reconnue comme l’une des premières femmes historiographes du cinéma français ?

Jérôme Allain

→ Retour au sommaire

Pour citer ce texte :

Référence électronique : ALLAIN J., « Approche de l’acte de création chez Nicole Vedrès » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 5 juillet 2015. URL : http://paris1900.hypotheses.org/151

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *