Archive(s) des arts : définition des art’chives

Au cours des différentes rencontres organisées par le laboratoire ALEF dans le cadre d’un séminaire interdisciplinaire autour de l’œuvre et de l’archive de 2012 à 2014 à l’université de Rennes 2, le terme archive(s) fut de nombreuses fois employé et associé à plusieurs définitions se rattachant pour la plupart à la notion de statut. Ce questionnement et le désir de définir l’archive ou plus exactement ce qu’elle n’est pas dans le cas présent ne sont pas récents. Nombreux sont ceux qui ont travaillé sur le sujet, et dont les contributions (conférences, ouvrages, rapports, etc.) ont ouvert et enrichi les débats autour de cette notion d’archive au singulier : Michel de Certeau, Marie-Anne Chabin, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Michel Duchein, Arlette Farge, Michel Foucault pour ne citer que quelques noms… À l’issue des deux cycles autour de l’œuvre et de l’archive, on constate que le terme archive(s) dans le domaine des arts a de multiples facettes, selon qu’il relève de la pratique ou de la théorie, ou qu’est posée la question : à quel moment du processus créatif l’archive de l’artiste est-elle considérée comme archives ?

À travers les communications et les échanges entre intervenants et jeunes chercheurs qui s’en sont suivis, il est apparu que la question du statut de l’archive a principalement pour objet la mémoire et la trace qui subsistent lors de productions artistiques, et non la manière dont sont produites les archives en arts plastiques, cinéma, danse, histoire de l’art, littérature, musique et théâtre. L’archive des arts ne serait pas liée à une pratique artistique en tant que finalité ou résultat, comme l’a souligné Sophie Lucet[1], professeure de théâtre à l’Université de Rennes 2, mais plutôt en tant que destination ou pour le formuler autrement, une réflexion, une pensée de l’objectif de la création. En conséquence, l’archive en art deviendrait archives par choix du producteur et non dans le cadre d’une activité telle qu’il est stipulé dans l’article L211-1 du code du patrimoine.

la question du statut des archives en art, l’ensemble des discours produits par les intervenants ainsi que les organisateurs du séminaire consacré à l’œuvre et l’archive met principalement en avant ce que n’est pas l’archive ; elle émane d’une volonté du producteur (artiste, auteur, voire chercheur) et ne relève pas du quotidien d’une activité. L’archive des arts serait un document – au sens d’unité intellectuelle et non physique – qu’il conviendrait de définir comme un matériau brut façonné ou non dans le but de l’intégrer naturellement avec d’autres matériaux dans le cadre d’une composition artistique (ballet, ouvrage, œuvre audiovisuelle ou cinématographique, partition musicale, peinture, pièce de théâtre, sculpture, etc.) Sans remettre en cause une pratique, une production, un usage ou un enseignement, les « art’chives » revêtiraient un sens esthétique ou toutes approches législatives et réglementaires semblent être écartées par le producteur. Ce que sont et ne sont pas les archives en art reposerait sur une posture où l’activité du producteur influe à la fois sur le statut de l’archive ainsi que sur le classement à venir du fonds d’archives. Qu’elle soit altérée, créée, détournée, manipulée, réemployée, renouvelée, l’archive des arts serait un matériau malléable qui se différencie des archives des arts s’il est possible de lui appliquer deux actions que je nomme ouverture et accession. En d’autres termes, si un document ou une pièce d’archives en art ouvre des (nouvelles) perspectives pour l’artiste[2] dans la réalisation d’une œuvre en tant qu’outil de travail[3] conceptuel ou artistique, et si le statut du document ou de la pièce d’archives évolue dans le but d’être convoqué dans un discours qui repose sur des éléments artistiques, esthétiques, historiques, législatifs ou scientifiques, alors le document ou la pièce est une archive des arts. Par volonté ou par choix de l’auteur, l’archive devient :

  • œuvre en tant qu’élément d’une composition artistique ou littéraire ;
  • archives après achèvement de l’œuvre.

Jérôme Allain

Note : Extraits de la chronique « Art’chives » parue dans Archivistes !

Sources : Jérôme Allain, « Art’chives. Du pluriel au singulier » in Archivistes !, n°114, juillet-septembre 2015, p.12 ; Jérôme Allain, « Art’chives. Points de vue » in Archivistes, n°115, octobre-décembre 2015, p.6

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Archive(s) des arts : définition des art’chives » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 9 janvier 2016. URL : http://paris1900.hypotheses.org/249

[1] Communication de l’auteure lors de la séance intitulée « l’Archive comme lieu de mémoire » le 3 mai 2012.

[2] Pour les besoins de ce texte, le mot artiste défini, au sens le plus global, la personne qui conçoit une œuvre artistique ou littéraire, et ce quelle que soit sa forme.

[3] Une définition des archives des arts qui s’appuie sur la notion de matériau a été énoncée dans le numéro 114 du bulletin Archivistes !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *