Images du cinéma français de Nicole Vedrès : un essai iconographique sur l’évolution du cinéma français de la première moitié du XXe siècle

La plupart des articles, communications et émissions radiophoniques consacrés à Nicole Vedrès portent naturellement sur son premier film de montage d’archives Paris 1900 (1947), sa participation en tant que chroniqueuse à Lectures pour tous et ses nombreuses chroniques parues dans la presse française après la Seconde Guerre mondiale. Afin de mieux connaître l’œuvre de l’auteure, cet article s’intéresse à l’un de ses premiers livres peu connu des publics. Il s’agit du premier ouvrage français sur le cinéma contenant des reproductions de photogrammes et de photographiques non illustratives, Images du cinéma français, paru en 1945. Un essai qui porte une réflexion sur un art encore jeune que les publics (re)découvrent et qui se découvre, à travers un effet de montage photographique le cinéma. Pourtant, lors de sa publication et ce malgré l’intention de l’auteure, Images du cinéma français sera reconnu par la presse française et les personnalités du septième art comme le premier album d’images sur le cinéma français. Un discours qui persiste encore de nos jours

Retour sur une intervention qui se déroula le 21-22 février 2013 à l’Université de Bretagne Occidentale intitulée « Images du cinéma français de Nicole Vedrès, un discours par l’image » (cliquer sur le lien ci-contre pour accéder au document mis en ligne sur Archive ouverte HAL). Une communication qui tente de comprendre comment, de quelle(s) manière(s) et à quel(s) moment(s) la notion de première fois rattachée à Images du cinéma français, renvoie à la question de « premier essai sur l’histoire d’un art cinématographique », et non à celle de « premier album sur le cinéma » décrit comme une rétrospective des premiers pas d’un art jeune, comme si souvent énoncée dans les articles de presse française.

Jérôme Allain

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., «Images du cinéma français de Nicole Vedrès : un essai iconographique sur l’évolution du cinéma français de la première moitié du XXe siècle » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 5 juillet 2016. URL : http://paris19000hypotheses.org/326


2 réflexions au sujet de « Images du cinéma français de Nicole Vedrès : un essai iconographique sur l’évolution du cinéma français de la première moitié du XXe siècle »

  1. Bonjour,
    J’ignore si vous connaissez les travaux de Laurent Véray (professeur en études cinématographiques à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3) sur Nicole Vedrès mais je me permets de vous les signaler car ils devraient vous intéresser et enrichir une bibliographie peu copieuse sur le sujet :
    – « Paris 1900. Un film au croisement des arts », L’Ecole numérique, n°12, juin 2012 (en ligne : http://www.cndp.fr/ecolenumerique/tous-les-numeros/classes-numeriques/histoire-des-arts-et-numerique/article/article/une-biographie-de-nicole-vedres.html)
    – « Nicole Vedrès, pionnière de l’essai documentaire », Frontières de la non fiction, PUR, 2013
    – Plusieurs pages lui sont aussi consacrées dans son ouvrage « Les Images d’archives face à l’histoire. De la conservation à la création », paru antérieurement en 2011.
    Bien cordialement,
    Carole Aurouet
    Maître de conférences Habilitée à diriger des recherches à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée

    • Bonjour Madame Aurouet,

      Tout d’abord, permettez-moi de vous remercier de l’intérêt que vous portez à ce carnet de recherche consacrée à l’œuvre et aux travaux de Nicole Vedrès. Ensuite, je prends note de votre remarque sur la bibliographie. Toutefois, l’auteur que vous citez et bien d’autres encore, tel que Laurent Le Forestier (professeur de l’université Rennes 2) ou bien Freddy Buache (fondateur et directeur de la Cinémathèque Suisse), sont loin d’être des inconnus que j’ai eu l’honneur pour certains de rencontrer. Ils seront cités, voire présentés, dans de futurs textes du carnet de recherche, peut-être de manière maladroite mais pleinement authentique.
      Enfin, je résumerai en précisant que le carnet de recherche est un acte de partage et que ce dernier ne se prétend pas être – comme vous vous en doutez – l’une des phases de l’écriture d’une thèse.

      Archivistiquement,

      Jérôme Allain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *