Histoire de l’écriture et écriture de l’histoire : Nicole Vedrès et l’ « élégance du geste »

Paru en juillet 2016, les lectrices et lecteurs peuvent découvrir à travers Histoire de ecriturehistoirel’écriture et écriture de l’histoire les actes du colloque international qui se déroula du 12 au 14 mars 2014 à l’Institut Catholique de Toulouse. Cet ouvrage collectif réuni les textes de plus d’une trentaine de chercheurs venus de divers pays qui partagent et transmettent les conclusions de leurs travaux, leurs interrogations, leurs hypothèses et pistes de réflexion autour de sujets consacrés à l’écriture de l’histoire et l’histoire de l’écriture, dont voici un court extrait du texte introductif de Bernadette Rey Mimoso-Ruiz :

« Si l’on convient que la période « Histoire » commence avec l’écriture, en faisant fi des marques laissées sur les parois des grottes comme autant de témoignages de vie, de croyances et de formes de pensée, il faut bien admettre que l’écriture dans ses premiers moments était un message destiné aux échanges commerciaux plus qu’au désir de conserver une trace des événements importants d’un peuple. Intermède de courte durée, si l’on en juge par les tablettes épiques qui appartiennent à la célébration d’un peuple et, très vite, des inscriptions à la gloire de son chef. Écrire l’Histoire s’avère dès le commencement une entreprise au service d’une cause, d’un personnage, d’un pouvoir.

La tentation d’embellir le réel en rapportant des faits mêle intimement récit mythique et réalité temporelle, accordant au factuel une dimension sacrée que la personne royale incarne et qui justifie d’autant son autorité. Écrire l’histoire est, avant tout, porter témoignage sur son temps à destination des générations futures en leur léguant une fierté identitaire. Il convient donc de s’interroger sur le comment de cette écriture et sur la main qui tient la plume. L’histoire écrite par les vainqueurs oblige l’historien à démêler le vrai du faux, en croisant les témoignages et les résultats des investigations. L’examen des documents et des traces enfouies ouvrent d’autres perspectives que celles purement matérielles laissées par les écritures de l’Histoire. Cependant, et la rencontre dont résultent les textes qui suivent en est l’évidente preuve, si les études historiques relèvent d’une démarche scientifique, l’Histoire elle-même, en tant que bien commun, trouve des échos dans les arts, et dans une autre forme d’écriture qui est celle de la littérature. En premier lieu, les personnages éminents -ceux dont on considère qu’ils ont posé des jalons dans leur époque- sont happés par la fiction romanesque et peuvent être remodelés jusqu’au mythe national ou dénigrés, a contrario de toute vraisemblance. L’imaginaire au pouvoir réécrit l’histoire non dans ce qu’elle a été, ou seulement pour une part de ce qu’elle a été, mais dans ce que l’on voudrait qu’elle fût ou telle qu’elle aurait pu être. Pourtant, à côté de ces excès, subsistent l’intuition, la perception de ce qui n’a pas été écrit et qui, malgré tout, a pu exister. Il en va ainsi des textes ancrés dans une époque, qu’elle soit contemporaine ou passée, qui, par la présence de multiples détails restituent une part de vérité, une atmosphère insaisissable que confirment souvent les documents attachés à ces moments. [… ] »

C’est dans ce même ouvrage que se voit publié « L’ « élégance du geste » selon Nicole Vedrès, la notion de naturel dans les archives publiques et privées » », texte consacré aux travaux de l’auteure, chroniqueuse, essayiste et réalisatrice française Nicole Vedrès portant sur la transmission de l’h(h)istoire et de ce fait aux discours rapportés qui se manifestent dans ses chroniques, ses films de montage d’archives, ses ouvrages et son unique pièce de théâtre. En effet, quel que soit le moyen d’expression utilisé (photographie, images en mouvement, texte écrit ou lu) Nicole Vedrès s’attache à restituer un événement, un fait dit authentique, qui a retenu son attention et qui soit significatif d’une époque. A travers le réemploi des archives publiques et privées, Nicole Vedrès met en avant que l’H(h)istoire peut être transmise à la condition que les pièces du puzzle reconstitué répondent à un unique critère, la notion de naturel, que j’appelle l’« élégance du geste ».

Erratum : A la page 759, il ne faut pas lire le nom de Marguerite Duras, mais celui de Germaine Dulac. Il faudra donc lire « Si Le Cinéma au service de l’Histoire (1935) de Germaine Dulac semble […] »

Jérôme Allain

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Histoire de l’écriture et écriture de l’histoire : Nicole Vedrès et l’ « élégance du geste » » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 9 juillet 2016. URL : http://paris19000hypotheses.org/332


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *