Une méthodologie de l’analyse de l’absence de données

J’ai eu la chance de terminer mon cursus universitaire par une licence en archivistique. Ce cycle de formation impose l’écriture d’un projet tutoré que j’ai soutenu en juin 2013 et qui s’intitule Le répertoire comme source(s), un nouvel usage au service des lecteurs[1]. Le sujet de mon mémoire porte sur les « instruments de recherche “d’aujourd’hui” et tout particulièrement au répertoire qui, selon moi, est l’outil méconnu le plus utilisé par le lecteur tout en étant le plus méconnu dans ce qu’il peut apporter et, apparaît même comme désacralisé par la profession archivistique. Il s’agit d’envisager le répertoire sous forme informatique ou imprimé comme une source qu’il est possible d’exploiter, à travers les sept zones répondant à la norme ISAD(G), et permettant de fonder des hypothèses ou des pistes de réflexions. Le répertoire n’est, dans ce cas précis, ni une source par substitution, ni un outil méthodologique comme le guide de recherche. En d’autres termes et, en m’appuyant sur les sept zones de description du répertoire ainsi que du plan de classement, je tenterai de mettre en évidence qu’il est possible d’extraire des informations d’un instrument de recherche (ici le répertoire) sans pour cela en consulter les sources auxquelles il fait référence. Cet emploi du répertoire comme source peut être, selon moi, envisageable pour deux raisons :

–          Premièrement, l’instrument de recherche aujourd’hui est plus impartial. Il répond à des normes tout en reflétant l’activité du producteur.

–          Deuxièmement, les informations enregistrées par l’archiviste (pour créer le répertoire) peuvent être de nouveau exploitées comme des données par l’usager qui en établit alors de nouvelles informations[2].

Enfin, à l’aide de deux cas pratiques, je tenterai de montrer qu’il est possible de faire apparaître un ou plusieurs discours cohérents. De ce travail découle ma problématique : Est-il concevable de dénommer le répertoire, dans le sens où cette recherche l’entend, comme une source pour les lecteurs ? Que faut-il comprendre par source et informations ? Si le répertoire est reconnu comme source, est-il possible de l’appliquer à différents fonds et la norme ISAD(G) n’apparait-elle pas comme une limite ? »

L’application de cette méthodologie m’a ainsi permis de poursuivre mes recherches consacrées à Nicole Vedrès et ce malgré l’absence ou le peu de documents existants sur l’ensemble de son œuvre.

Jérôme Allain

Pour citer ce texte :

Référence électronique : ALLAIN J., « Une méthodologie de l’analyse de l’absence de données » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 8 septembre 2014. URL : http://paris1900.hypotheses.org/69


[1] Jérôme Allain, Le répertoire comme source(s), un nouvel usage au service des lecteurs, mémoire de projet tutoré sous la direction de Patrice Marcilloux, Université d’Angers, 2013, 93 p.

[2] Je reprends les termes de J.-P. Pourtois, H. Desmet et W. Lahaye, de Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education Université de Mons-Hainaut, dans un cours portant sur la méthodologie dans une recherche en science appliquée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *