Un autre regard sur l’usage des archives de la recherche, des données à une histoire des mentalités

S’interroger sur le traitement, le classement, l’accès et la réutilisation des archives de la recherche pose inévitablement la question de la conservation définitive ou non des données ainsi que des documents de la recherche reçus ou produits par un service en prenant en compte leur intérêt administratif, historique, juridique ou public. Si cette affirmation est apodictique pour les archivistes, il convient d’en modérer les propos car, comme l’explique Bertrand Müller dans son texte intitulé « à la recherche des archives de la recherche. Problèmes de sens et enjeux scientifiques » paru dans la revue Genèses en 2006 :

« l’identification même des archives de la recherche n’est […] pas simple. La recherche est un processus complexe qui mobilise des ressources humaines, matérielles, financières très diverses et plus ou moins importantes. Elle se déploie également dans des univers qui croisent plusieurs registres archivistiques : administratifs, académiques, parapublics ou privés, voir également documents personnels de chercheur, etc.[1] »

Pour appuyer ses propos, Bertrand Müller mentionne le rapport de mission de Roxanne Silberman remit au Ministère de l’Education nationale en 1999. Intitulé Les sciences sociales et leurs données, ce document porte principalement sur la valorisation des archives des sciences sociales et prône une politique de la recherche autour de l’utilisation, de la production et du partage des données. De ce fait, Roxanne Silberman préconise un traitement et un classement différents pour les données et les documents de la recherche en soulignant l’importance de distinguer « [l’]archivage historique dont la mission principale est la conservation et [l’]archivage vivant centré sur la diffusion et le partage des données ». Pour Bertrand Müller les propos de Roxanne Silberman ne font pas que spécifier « une démarche conservatoire par rapport à la démarche patrimoniale des Archives : il s’agit de conserver [prioritairement] des données et non des documents. […] Les données [étant] pour la recherche [et] les documents pour l’histoire[2] ».

Si le travail de Roxanne Silberman n’est pas à remettre en cause et apporte différentes solutions méthodologiques dans le cadre de recherches à partir de données en sciences sociales, certains des arguments avancés par l’auteure ont une incidence sur la détermination de l’objet d’étude et peuvent conditionner le futur travail de recherche. Il ressort du rapport de mission de Roxanne Silberman que les documents produits seraient exploités comme « documentation historique de la recherche » selon la loi du 3 janvier 1979, une série d’informations renseignant le chercheur de l’activité et du fonctionnement d’une unité ou d’un service.

Pourtant, lorsque l’on reprend les arguments énoncés de Roxanne Silberman et Bertrand Müller, est-il si évident de dissocier en éléments distincts des données et des documents de la recherche ? Car qu’il s’agisse de documents tels que rapports, comptes rendus, travaux publiés, factures et correspondance ou de données quantitatives ou qualitatives enregistrées sous une forme ordonnée ou non sur tout type de support, il s’agit bien dans les deux cas présents de données produites ou non à des fins scientifiques. Partant du constat et des discours de Roxanne Silberman ainsi que de Bertrand Müller, il convient de rappeler les points élémentaires qui permettent de distinguer un document d’une donnée.

1-      Les données de la recherche

Dans son rapport publié en 2007, l’OCDE, l’Organisation de Coopération et de Développement Economique stipule que :

« Dans le cadre [de] Principes et Lignes directrices [il s’agit du principe d’ouverture et de libre circulation du savoir et de l’information], les « données de la recherche » sont définies comme des enregistrements factuels (chiffres, textes, images et sons), qui sont utilisés comme sources principales pour la recherche scientifique et sont généralement reconnus par la communauté scientifique[3] ».

En conséquence, pour l’OCDE, « ce terme ne s’applique pas aux éléments suivants : carnets de laboratoire, analyses préliminaires et projets de documents scientifiques, programmes de travaux futurs, examens par les pairs, communications personnelles avec des collègues et objets matériels »[4]. Or, cette affirmation n’est pas sans exposer quelques faiblesses autour de la définition même d’une donnée qu’elle soit de la recherche, de l’administration ou résultant d’un travail scientifique.

D’après les travaux de l’économiste, historien et sociologue français François Simiand (1873-1935), une donnée[5] est un élément dit fondamental, qui repose sur deux critères : la « critique de l’exactitude » et la « critique de l’aptitude ». Dans son ouvrage Le Salaire, l’évolution sociale et la monnaie publié en 1932, François Simiand explique que la critique de l’exactitude repose sur le principe de « reconnaître le rapport entre les données fournies ou à tirer des documents dont nous disposons et la réalité qu’elles sont déclarées ou présumées exprimer.[6] » En d’autres termes, cette méthode a pour objectif de juger de la valeur de la donnée et par conséquent de pouvoir être utilisée comme source première ou secondaire. Le deuxième critère, la critique d’aptitude, repose quant à elle sur l’usage et l’exploitation des données par le chercheur qui lui permettrait d’obtenir un ou plusieurs résultat(s) dans le cadre de son étude[7].

Si, tout élément répondant aux critères de l’exactitude et d’aptitude est donc une donnée, François Simiand écarte tout élément dit fondamental qui ne s’appuierait pas sur une datation, un fait, une référence précise et explicitée. Or, une donnée de la recherche est également le résultat d’une observation, d’une réflexion, d’une déduction ou d’une hypothèse. Pour le dire autrement, elle ne serait plus un élément dit fondamental quantitatif ou qualitatif enregistré quel que soit sa forme et son support mais un élément dit fondamental décrits, énumérés, explicités dans des documents reçus ou produits par un producteur afin de les étudier scientifiquement. La donnée n’est plus définie ici comme enregistrement factuel mais comme enregistrement empirique.

En conséquence, une donnée de la recherche, de l’administration ou résultant d’un travail scientifique pourrait être décrit comme un élément dit fondamental qui une fois créé (sa valeur scientifique) devient inerte jusqu’à être activé à travers les travaux du chercheur et être ainsi valorisé (les notions d’emploi et de perception). Pourtant, il existe une ambivalence à cette déclaration car s’il semble exister une distinction entre données et documents, ces derniers répondent également aux mêmes règles qui viennent d’être énoncées.

2-      Les documents de la recherche

Pour définir ce que sont des documents, je reprendrais les propos de Charles-Victor Langlois et de Charles Seignobos extrait de leur ouvrage publié en 1898 et intitulé Introduction aux études historiques : « Les documents sont les traces qu’ont laissées les pensées et les actes des hommes d’autrefois » et doivent alors répondre à une méthode critique. En d’autres termes, il s’agit de s’assurer de l’authenticité d’un document qui pourra être utilisé comme source. Dans son ouvrage intitulé De l’histoire du cinéma paru en 1992, Michèle Lagny, professeur émérite d’histoire de la culture, en explique le procédé qui repose sur deux étapes : « Dans un premier temps […] une critique d’authenticité, qui impose la critique «de provenance» (recherche du lieu d’origine, datation) et la critique «de restitution» (évaluation des «fautes» du texte, qui peuvent être volontaires – falsifications – ou involontaires – problèmes de conservation). Puis dans un deuxième temps […] une critique «de crédibilité», qui engage successivement les critiques «d’interprétation» (du texte), « de compétence » (du témoin par rapport aux faits rapportés), de sincérité, d’exactitude (par rapport à ce que le témoin pouvait savoir) ».

Au regard des travaux de Michèle Lagny, si, tout élément répondant aux critères de l’exactitude et d’aptitude est une donnée alors un document qui répond aux critiques d’authenticité et de crédibilité peut également être définit comme une donnée exploitable et probante. En conséquence, qu’ils soient de la recherche, de l’administration ou résultant d’un travail scientifique, les documents d’archives peuvent être collectés et analysés en tant que données factuelles ou empiriques. Ainsi, à l’aide de ce que l’on nomme une « démarche de l’analyse de l’absence de données », les données et les informations identifiées à partir des dits documents permettraient-elles d’établir d’autres hypothèses ou pistes de réflexion.

3-      Les documents-données

Tout d’abord, le réemploi comme données des documents d’archives produits ou reçus par le producteur repose sur l’exploitation des instruments de recherche dressés par les archivistes. En effet, l’application de cette méthode de l’analyse de l’absence de données se caractérise par une collecte de répertoires méthodiques ou numériques, d’inventaires, de bordereaux de versement, de bordereaux des éliminables ou de procès-verbaux d’élimination Les instruments de recherche (documents administratifs) sont donc des sources qui contiennent à la fois des données produites ou non à des fins scientifiques ainsi que des informations telles que la fiche ISAD (G). Le réemploi comme données des documents d’archives produits ou reçus par le producteur permet alors d’établir des informations qui reposent également sur l’identification et l’analyse des dites données ordonnées ou non, existantes ou absentes. Toutefois, lors de cette étape l’usager devra se prévenir de toute surinterprétation ou association de faits pouvant le conduire à une mauvaise analyse ; puisque la rédaction de la fiche ISAD(G) reflète le choix de l’archiviste afin de permettre aux usagers d’accéder au fonds par une meilleure compréhension. Cette démarche peut se conclure en « confrontant » les hypothèses établies aux pièces d’archives que l’usager consultera.

Enfin, cette méthodologie permet en autre d’effectuer des travaux basés sur une approche socioculturelle. Quel que soit l’activité du producteur, tout document produit ou reçu par celui-ci comporte des éléments fondamentaux identifiés comme trace culturelle ou artistique. Le réemploi d’une partie de ces archives, tels que les documents administratifs, permettrait d’établir une histoire des mentalités car l’objet d’étude retenu par le chercheur, une association, un auteur, un service, un laboratoire de recherche, peut être décrit, sans connotation péjorative, comme un groupe formé d’un faible nombre d’individus. De plus, il existe autant d’histoires des mentalités que de structures opérationnelles ou non administratives, artistiques, culturelles ou de recherche. Prenons pour exemple, un chercheur associé à un laboratoire de recherche et un auteur dans le cadre de la publication de leurs ouvrages.

Pour le chercheur, le choix de mettre des photographies en couleur ou en noir et blanc dans son ouvrage qui paraîtra prochainement peut relever à la fois d’une contrainte financière tel que le délai de réalisation de ces même photographies que d’un choix intellectuel et artistique de celui-ci. Les arguments énoncés dans son ouvrage peuvent découler de choix relevant d’une politique du laboratoire de recherche ou de contrainte administrative : ses ordres de mission accordés ou refusés, des factures, des notes de séances, un agenda, car tous ces documents influencent et permettent également de mener à bien le rayonnement interne et externe de l’activité du chercheur et du laboratoire de recherche.

L’analyse de la forme et du nombre de documents administratifs produits ou reçus contribuent également à établir de nouvelles pistes de réflexions qui permettraient de comprendre l’acte de création du producteur. Prenons l’œuvre de l’auteure et réalisatrice française Nicole Vedrès. A ce jour, il n’existe pas de fonds d’archives de l’auteure disparu en 1965. Pourtant, il est possible de travailler sur les œuvres intellectuelles et artistiques qu’elle a réalisées entre 1943 et 1965. Grâce aux factures, à la correspondance indiquant dates et lieux de rendez-vous, aux listes de films et d’ouvrages empruntés, il est alors possible de reconstruire l’acte de création de l’auteure et de mieux comprendre de quelles façons l’auteur-réalisatrice a conçu son livre Images du cinéma français paru en 1945 comme l’un des premiers ouvrages en France consacré à l’histoire du cinéma contenant des images non illustratives.

Voici deux cas concrets qui reposent sur la méthodologie d’analyse d’absence de données. Le premier de ces deux cas s’appuie sur le répertoire numérique du fonds d’une association rédigé en 2012 aux Archives départementales du Loiret. Il s’agit de l’association des Mutilés du Loiret créée en 1917 et toujours en activité[8].

L’extrait ci-contre présente une série d’articles portant sur le personnel et deux bâtiments utilisés comme lieu de résidence par l’association. Comme le montre le tableau, le croisement de différentes actions et dates extrêmes permettent d’identifier une absence de documents administratifs considérés pour le cas présent comme données et produits par l’association. En ce qui concerne les articles relevées dans le répertoire, ces derniers permettent de mettre en évidence les difficultés rencontrées par l’association lors de la construction d’un nouveau bâtiment. Les raisons s’en expliquent à travers l’absence de documents administratifs portant ici sur le fonctionnement de l’organisation ainsi que par la présence d’articles liés aux retraites : une vacance de postes et une inactivité de l’association durant plusieurs années. De ce fait, ces différents éléments conduisent à s’interroger sur une possible nouvelle ligne politique de l’association qui pourrait ne pas être partagée par certains adhérents et membres du bureau.

Le deuxième cas pratique dont je vais à présent vous parler s’appuie sur les instruments de recherche dressés en 2014 par les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, le fonds de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne (ENSAB) en France[9].

A partir des procès-verbaux d’élimination, du bordereau de versement et du tableau de gestion, j’ai tenté d’identifier ou de relever plusieurs données qui me permettraient d’obtenir de l’information afin de (re)découvrir l’histoire de l’ENSAB. Comme le montre le tableau, certaines descriptions d’article relevées dans le répertoire et les procès-verbaux d’élimination permettent de mettre en évidence deux points. Le premier porte sur les locaux de l’ENSAB dans les années 1970. Les projets non aboutis de 1974 à 1980, la vétusté des locaux, et semble-t-il un manque de capacité d’accueillir les étudiants inscrits, pourraient expliquer le mouvement social des étudiants en 1973. Pourtant, ces mêmes articles tendent également à montrer que la qualité de l’enseignement et la renommée de l’ENSAB ont pris au dépourvu la Direction qui dû faire face à ce même mouvement social en 1973, portant non pas sur la vie estudiantine comme les articles donnent à le penser, mais sur l’avenir des futurs diplômés (avec l’apparition de stages obligatoires) qui semble se traduire par la naissance ou l’augmentation d’associations étudiantes (la question du rayonnement interne ou externe) et d’un accompagnement mené par l’école elle-même de ses anciens étudiants diplômés (la présence d’enquêtes menées par l’ENSAB).

Le deuxième et dernier point porte sur la stratégie des travaux de recherche de l’ENSAB. Les différents éléments décrits dans le tableau conduisent à s’interroger sur les causes et l’émergence de possibles nouvelles politiques socioculturelle et pédagogique de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne. Ce qui est nommé le « repyramidage » des enseignants en 1991 est-il une conséquence du mouvement social des étudiants en 1990 ou du refus d’habilitation entre 1984 et 1992 et de la recherche de partenariat qui pourraient alors expliquer, voire influencer, le choix du projet de recherche et de travaux d’étude débutés en 1991, à savoir l’aménagement littoral ?

Conclusion

A travers ces deux cas pratiques, j’ai tenté de mettre en évidence que le réemploi des documents d’archives en tant que données permet de porter un autre regard sur l’activité culturelle du producteur. Le fait que les instruments de recherche soient une source permettrait aux usagers de (re)découvrir un fonds sans craindre la masse d’information – ni même l’absence de données – et montre qu’il est possible d’établir des pistes de réflexion et des hypothèses fondés sur des données relevées ou manquantes et des informations probantes. En outre, cette méthode ne permet-elle pas d’écrire sur un fait ou une personne et ce même si les archives ne sont pas communicables ou ont disparu ?

Pourtant, ce réemploi des documents produits ou non à des fins scientifique ouvre un débat sur le statut de ces documents. Puisqu’un document d’archives qui contient des données factuelles et empiriques peut être qualifié et reconnu comme données probantes quel traitement les archivistes doivent-ils leur appliquer ? Quels choix s’offrent-ils aux archivistes lorsqu’ils s’apprêtent à effectuer un tri, un échantillonnage ou une élimination de certains documents produits. Puisqu’il apparaît inconcevable de tout conserver faut-il toujours éliminer l’ensemble de factures produites par le producteur ? Ne faudrait-il pas procéder à un échantillonnage des ordres de missions qui n’ont pas reçu l’accord du Directeur du laboratoire de recherche ? Enfin, les bordereaux des éliminables et les procès-verbaux d’élimination pouvant être étudiés dans le cadre de recherche aussi bien historique, artistique que scientifique, ne faudrait-il pas modifier la rédaction de ces instruments de recherche sans pour autant remettre en cause les principes, recommandations et préconisations qui ont été établies afin d’accompagner les archivistes dans leur mission de conserver et de valoriser l’histoire et la mémoire du producteur.

Jérôme Allain

Pour citer ce texte :

Référence électronique : ALLAIN J., « Un autre regard sur l’usage des archives de la recherche : des données à une histoire des mentalités » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 27 novembre 2014. URL : http://paris1900.hypotheses.org/91

 

Retranscription de l’intervention de l’auteur du 28 novembre 2014 lors de la journée d’études organisée par la section AURORE de l’Association des Archivistes Français à l’Université Libre de Bruxelles (Belgique).


[1] Bertrand Müller, « À la recherche des archives de la recherche. Problèmes de sens et enjeux scientifiques » in Genèses, n°63, p.10.

[2] Bertrand Müller, op. cit., p. 13.

[3] Idem, p. 18.

[4] Id.

[5] François Simiand explique que « l’étude économique positive est condamnée à être principalement ici une étude par documents, c’est-à-dire par enregistrements ou témoignages d’un fait, opérés le plus souvent en dehors des fins de science et, en tout cas, autrement que par des savants (ou leur représentants) ne se proposant que la recherche de la vérité. » (François Simiand, Le Salaire, l’évolution sociale et la monnaie, Tome I, Félix Alcan Libraire-éditeur, Paris, 1932, p. 29-43).

[6] François Simiand, op. cit., p. 29-43.

[7] Id.

[8] Je remercie Mme Frédérique Hamm, Directrice des Archives départementales du Loiret, de m’avoir donné l’opportunité d’étudier le répertoire du fonds de l’Association des mutilés du Loiret.

[9] Je remercie également Gwladys Longeard, Directrice adjointe des Archives départementales d’Ille-et-Vilaine de m’avoir donné l’opportunité d’étudier les instruments de recherche du fonds de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *