À propos

Sur la trace de Nicole Vedrès
Le carnet de recherche intitulé Sur la trace de Nicole Vedrès a pour ambition de partager les recherches consacrées à l’auteure, chroniqueuse, essayiste, réalisatrice française Nicole Vedrès ainsi que de voyager à travers son œuvre. Ce carnet de recherche est principalement axé autour de la diffusion et mise en valeur d’informations scientifiques. Il tente également d’introduire une réflexion autour d’une méthodologie permettant de travailler sur l’absence de données.

Jérôme Allain
Diplômé de l’Université d’Angers, Jérôme Allain, archiviste, poursuit ses travaux de recherche autour de deux axes : la question du statut des instruments de recherche conçus pour les usagers des services d’archives, ainsi que les pratiques et recherches recourant aux archives publiques ou privées face à la masse d’informations et l’absence de données. Membre du comité de rédaction de la revue La Gazette des archives depuis le mois de juillet 2016, il est également, depuis l’année 2015, l’auteur de la chronique « Art’chives » dans Archivistes ! de l’Association des Archivistes Français – publication consacrée aux archives des arts ainsi qu’à la question des traces dites culturelles ou artistiques dans les documents administratifs des services publics (ordres de mission, feuilles de réservation, bons de commande…).linkedin

 

5 réflexions au sujet de « À propos »

  1. Bonjour,
    Je m’appelle Ivan Cerecina, je suis doctorant australien travaillant sur le documentaire français d’après-guerre – je suis en train d’écrire une thèse sur le documentaire français d’après-guerre, des années 40 et 50. Ma recherche se penche sur cette “école” documentaire de l’après-guerre (Resnais, Marker, Vedrès, Bellon etc.): comment d’abord cela s’est formé en marge du cinema commercial français, et ensuite ce que cette école et ses approches aux sujets divers représente dans l’histoire du cinéma documentaire.

    Comme vous pouvez imaginer, les films de Nicole Vedrès jouent un assez grand rôle dans ma thèse, et donc je voulais d’abord vous remercier pour votre travail sur ce site, qui reste pour moi une référence très importante dans ma recherche.

    Je voulais vous écrire un mail pour parler plus de votre recherche sur Vedrès. Pour ça, je vous laisse mon adresse mail en espérant que vous me contacterez quand vous avez du temps. Merci d’avance.

    Ivan
    ivan.cerecina@uni.sydney.edu.au

    • Cher Ivan Cerecina,

      Veuillez m’excuser de ne pas avoir répondu plus tôt.

      Je vous remercie pour votre message. C’est toujours un plaisir d’apprendre que les éléments contenus dans les articles et textes diffusés sur le carnet de recherche puissent apporter des données ou informations complémentaires à votre travail.

      Les films documentaires de l’après-guerre est un sujet des plus passionnants. Et, vous avez parfaitement raison, il existe plusieurs approches ou courants dont certains furent éphémères ou oubliés. De mémoire, il me semble avoir conservé quelques références bibliographiques ainsi que des informations sur la question autour du documentaire.

      Par ailleurs, je pense au réalisateur français Jacques Becker qui réalisa des films de fiction qui s’appuient sur le quotidien et la « vraie vie » des gens. Jacques Becker a intégré des éléments authentiques dans sa narration, mais aussi dans les décors de ses films. Selon moi, nous sommes à la frontière entre film de fiction et film documentaires.

      J’ai soutenu mon mémoire autour de l’acte de création de Jacques Becker et du statut d’auteur de films. C’est ainsi que j’ai découvert Nicole Vedrès. Il m’est possible de vous communiquer ce mémoire, si vous le souhaitez et en espérant qu’il puisse apporter quelques réponses.

      Enfin, je serais heureux de lire votre message. Par contre, il semblerait que votre adresse mail ne soit pas valide. Aussi, n’ai-je pas pu vous communiquer les documents évoqués.

      Archivistiquement,

      Jérôme Allain

      • Cher Jérôme,

        Merci de votre réponse généreuse. Votre mémoire sur Becker a l’air très passionant, j’aimerais bien le lire si vous voudriez bien toujours me l’envoyer.

        Il me semble que je me suis trompé de l’adresse mail que je vous ai laissé. La bonne est:

        ivan.cerecina@sydney.edu.au

        A bientôt de vous lire,
        Ivan

  2. Bonjour,
    Merci pour ce site intéressant autour d’une personne effectivement trop méconnue!
    Je suis curieuse de savoir si vous avez pu consulter les archives personnelles de Nicole Védrès, moi-même étant à la recherche de plus d’informations sur le film La Vie commence demain de 1950, et plus particulièrement les connaissances entre Le Corbusier et Nicole Védrès et son mari.
    Je vous remercie d’avance pour toute information qui pourrait m’être utile pour ma thèse!

    • Bonjour Madame Boone,

      C’est une joie d’apprendre votre intention de mener une thèse consacrée à l’œuvre de Nicole Vedrès et je vous souhaite une belle réussite.

      Les données et informations, de même que les documents et pièces d’archives portant, mentionnant ou citant La Vie commence demain sont rares. Les éléments qui ont pu être recueillis et identifiés font suite à la consultation de plusieurs fonds d’archives, la presse spécialisée et généraliste, bibliothèques, tels que la cinémathèque française à Paris ou bien l’Institut Mémoire de l’Edition Contemporaine à Caen. Permettez-moi de préciser qu’il « n’existe pas » à ma connaissance de fonds d’archives Nicole Vedrès.

      Dans le cas où cette information pourrait vous intéresser, l’intervention intitulée « La Vie commence demain (1949) de Nicole Vedrès, une enquête falsifiée sur le statut des archives du présent ou une quête diachronique de la fiabilité des archives en art » – qui fut par ailleurs présentée lors du congrès EAM (Rennes) au mois de juin de cette année – sera prochainement mise en ligne dans son intégralité.

      Enfin, il me faudrait vérifier dans mes travaux antérieurs, mais sauf erreur de ma part, Le Corbusier et Nicole Vedrès se connaissaient.

      Archivistiquement,

      Jérôme Allain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *