Interlude

Les évènements culturels, les commémorations ainsi que les célébrations sont l’occasion de découvrir sous une thématique l’œuvre de l’auteure, chroniqueuse, essayiste et réalisatrice française Nicole Vedrès.

Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins 2016

Journée internationale des archives 2016

Journée mondiale du livre et du droit d’auteur 2016

Souvenirs de Noël

Commémoration du cinquantenaire de la disparition de Nicole Vedrès (septembre 1911 – novembre 1965)

Journées européennes du patrimoine 2015

2015 : « … et gardons-nous d’oublier ! »

 

Jérôme Allain

→ Retour au sommaire

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Interlude » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 2 février 2017. URL : http://paris1900.hypotheses.org/446

Les Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins 2016

Créées en 1998, les Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins se déroulent chaque année le troisième week-end du mois de juin.  Lors de cet évènement, les publics peuvent 0b5264_2fd3fb2ac0f449a5b608ffcbeb173996(re)découvrir les métiers et savoir-faire traditionnels, le bâti, le paysager, les sites et paysages ainsi que le patrimoine immatériel.

Pour cette 19e édition des Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins qui aura lieu les 18 et 19 juin 2016, les « métiers et savoir-faire » seront mis à l’honneur. Au cours de ces deux journées, les visiteurs auront l’opportunité de « découvrir les métiers du patrimoine (dentellière, sculpteur, artisans du  bâtiment, meunier, ébéniste, restaurateur, ferronnier, céramiste, apiculteur, maréchal – ferrant, etc.), les lieux de ces métiers (forge, moulin, atelier verrier, coutellerie, etc.), les savoir – faire et leurs outils (compas, tour de potier, tour à bois, rouet, meule, four à pain, charrue ,métier à tisser, etc.), [ainsi que] les matières et produits (chanvre, chaux , pierre, bois, fer forgé, pigments, etc.)[1] »

Pour cette nouvelle édition, nous porterons notre regard sur le métier de couturier à travers deux textes de Nicole Vedrès, Au rythme du jour et Au rythme de la nuit, dans lesquels l’auteure décrits leurs créations comme des demoiselles se rendant à un bal ou à une fête, ou bien encore la « robe paysanne [partant à la découverte du vieux monde ou déambulant dans l’un des quartiers de la Capitale] née dans l’imagination du couturier en même temps que les premiers bourgeons. Dès le moi de mai, elle fait son apparition et se glisse dans la vie de la Cité. Elle est déjà classique, on parle d’elle comme des marronniers du Rond-Point. Mais si chacun aime sa grâce éphémère, c’est parce qu’elle a la sagesse de “naître avec le printemps et de nourrir avec les roses.”[2] » Les mots de Nicole Vedrès tourbillonnent et l’auteure partage avec les lectrices et les lecteurs un moment de vie où « la mode, à sa manière, illustre l’Histoire ».[3] L’album dirigé par Jacques Wilhelm, conservateur adjoint au musée Carnavalet, prend alors un autre sens. Celui où la valse de lithographies, d’héliographies, de photographies, de textes ainsi que de reproductions de documents d’archives louent les œuvres des couturiers et tailleurs de l’Après-guerre dont les créations reflètent le vécu et le ressenti d’une époque car l’un discours de l’ouvrage met en avant que « les événements les plus bouleversants, pour un pays, sont généralement suivis d’une mode nouvelle. La canadienne en velours côtelé restera la création-type de la guerre. Inspirée par les besoins de l’époque, plutôt que dictée par un caprice, la canadienne mariée à la bicyclette, a été adoptée aussitôt lancée, par la majorité des femmes. De même que la robe ample et fleurie, la canadienne a connu une grande vogue. On l’a même retrouvée, en faille, en soie, en satin, pailletée, aux heures élégantes de dîner.

La gravité de l’heure, l’absence de chauffage dans les endroits qui nous ont fait assister à une sorte de stabilisation de la mode. Les couturiers avec un tact parfait se sont contentés d’être stricts et classiques, mettant le luxe et la distinction au service de la Coupe et de la Ligne. Les tailleurs et les robes pratiques ont pris, dès lors, une place de choix dans les collections et l’on voit ces ensembles du matin donner l’exacte idée de ce que les créateurs peuvent faire avec la discrétion et le goût.

Mais demain ? L’atmosphère nouvelle de la Capitale, l’espoir des jours meilleurs ont dû déjà inspirer les couturiers d’après guerre que les prochaines collections vont nous révéler, une mode plus précieuse et plus féminine puisqu’on parle de volants, de dentelles, et même de jupes longues.[4] »

Jérôme Allain

→ Retour à « Interlude »

Note : Logo des journées du patrimoine de pays & des moulins (source : Communiqué de presse, journées du patrimoine de pays & des moulins, Fédération Patrimoine-Environnement, 2016)

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Journées du patrimoine de pays & des moulins » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 18 juin 2016. URL : http://paris1900.hypotheses.org/315

 

[1] Communiqué de presse, journées du patrimoine de pays & des moulins, Fédération Patrimoine-Environnement, 2016

[2] Nicole Vedrès, « Au rythme du jour » in Le théâtre de la mode, Paris, S.M.E.P., 1945, [n. p.].

[3] Sans titre in Le théâtre de la mode, Paris, S.M.E.P., 1945, [n. p.].

[4] Sans titre in Le théâtre de la mode, Paris, S.M.E.P., 1945, [n. p.].

Journée Internationale des Archives 2016

IAD2016

Dans le dossier de presse « Journée Internationale des Archives » produit et diffusé en 2016 par le Conseil International des Archives, son Président David Fricker, souligne que le thème Archives, Harmonie et Amitié retenu pour cette année « met […] en évidence le rôle des archives dans la société ; la recherche de la compréhension et de sens à travers nos patrimoines culturels et sociaux[1] ».

En effet, le rôle et les missions des archivistes dans le monde sont principalement de collecter, classer, conserver et communiquer la mémoire du monde. Aussi, leur travail est-il d’autant plus important qu’il leur faille être vigilant à la moindre trace qui témoignerait de ces moments de vie.

Toutefois, leur travail ne serait rien sans l’aide des producteurs qui ont depuis pris conscience de leur participation dans la transmission et la sauvegarde de l’H(h)istoire et de leur histoire. C’est pourquoi, cette journée du 9 juin est un témoignage d’amitié entre archivistes et producteurs, entre professionnels et passionnés, entre établissements et services privés et publics qui œuvrent pour préserver et partager le patrimoine mondial socioculturel.

Dans différents lieux et de différentes manières, il sera proposé ce 9 juin 2016 aux publics un usage et une perception des documents et pièces d’archives. Ainsi, en est-il pour le carnet de recherche « Sur la trace de Nicole Vedrès » où il sera question d’art et plus précisément de sculpture[2]. Car ne parlons-nous pas d’harmonie des formes et d’harmonie des couleurs.

En 1945, Léon Gishia propose à Nicole Vedrès un exercice d’écriture autour de la sculpture. Il s’agit d’un essai intitulé la Sculpture en France depuis Rodin. L’auteure porte une attention non pas à ce que nous pourrions définir d’environnement mais au courant de pensées comme trace d’une époque. Le lecteur peut alors constater que la structure de l’ouvrage permettrait à Léon Gishia et Nicole Vedrès d’interroger la place de la sculpture dans la société. Ainsi, au cours de ses recherches à partir de documents et de pièces d’archives, Nicole Vedrès réalise que cet art porte la trace de son époque. Dans le premier chapitre intitulé La sculpture officielle, L’auteure s’adresse au lecteur en expliquant que : « de tous les arts, la sculpture est sans conteste possible le plus « social », le plus collectif ; art d’extérieur qui vit la vie d’un temps et demanderait à ce que ce temps vécût la sienne. Sa destination fait qu’aujourd’hui encore, […] elle demeure un témoignage du présent. » Comme s’en explique Nicole Vedrès, cet art est intimement lié aux actes de la vie et de ce fait devient le témoin de période faste ou sombre. Elle prend alors pour exemple, des œuvres exposées dans un musée, un jardin public, sur une place, à l’église, à la mairie car toutes portent le ressenti et le vécu de gens contemporain tel que le poilu de Boucher (1921).

S’il fallait résumer en quelques lignes l’ouvrage écrit en collaboration avec Léon Gischia, cet essai porte un discours où tout art peut témoigner d’une époque et pour ce faire s’appuie sur les différents courants artistiques qui ont permis à la sculpture de recourir à différents mode d’expression.

A découvrir : GISCHIA L., VEDRÈS Nicole, La sculpture en France depuis Rodin, Paris, Seuil, coll. « Pierres Vives », 1945, 157 p.

 

Jérôme Allain

→ Retour à « Interlude »

Note : Logo de la journée internationale des archives (source : communiqué de presse – Journée Internationale des Archives, 2016)

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Journée Internationale des Archives 2016 » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 9 juin 2016. URL : http://paris1900.hypotheses.org/300

[1] Journée Internationale des Archives, jeudi 9 juin 2016 – Archives, Harmonie et Amitié, dossier de presse, ICA, 2016, p. 2.

[2] En outre, la sculpture n’est pas sans évoquer la période de l’Antiquité où harmonie se voit être la fille de Zeus et de la Pléiade Électre. Mariée à Cadmos, le fondateur de Thèbes en Béotie, ils furent tous deux métamorphosés en serpents à la fin de leur vie. La scène de mariage « figurait sur le trône trouvé dans le temple d’Apollon à Amyclai près de Sparte » (source : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/coupe-laconienne-figures-noires)

Journée mondiale du livre et du droit d’auteur 2016

JMLDA2016

 

Résolution adoptée par la Conférence générale à sa vingt-huitième session de l’UNESCO le 15 novembre 1995, la Journée Mondiale du Livre et du Droit d’Auteur est proclamée le 23 avril. Cette initiative a pour ambition de « promouvoir le rayonnement du livre [en tant que] facteur d’enrichissement culturel pour tous ceux qui y ont accès et, de surcroît, ne peut que sensibiliser davantage encore l’opinion aux trésors du patrimoine culturel mondial et encourager la compréhension, la tolérance et le dialogue[1]. »

A cette occasion, découvrez une partie de l’univers littéraire de l’auteure Nicole Vedrès à travers deux ouvrages publiés respectivement en 1946 et en 1966. Ces deux récits ont pour point commun le personnage Arthur. Qu’il soit aventurier installé en Nouvelle-Calédonie secrètement amoureux d’une îliennes (Les Canaques) ou millionnaire excentrique vivant en Angleterre rencontrant une trapéziste (Le Labyrinthe ou le jardin de sir Arthur), Arthur sera face à des choix où les sentiments impliquent un sacrifice de soi.

Le Labyrinthe ou le jardin de sir Arthur, Paris, édition de la revue Fontaine, 1946, 190 p.

Les Canaques, Paris, Mercure de France, 1966, 223 p.

Jérôme Allain

→ Retour à « Interlude »

Note : Logo de la journée mondiale du livre et du droit d’auteur pour la Célébration de la 9ème journée mondiale du livre et du droit d’auteur (source : e.bulletin du droit d’auteur, avril – juin 2004)

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Journée mondiale du livre et du droit d’auteur 2016 » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 23 avril 2016. URL : http://paris1900.hypotheses.org/259

 

[1] Extrait des actes de la 28e session de la Conférence générale de l’UNESCO qui se déroula du 25 octobre au 16 novembre 1995 à Paris

Souvenirs de Noël

De 1964 à 1967, le magazine intitulé La Nuit écoute propose aux auditeurs de l’ORTF de partir à la rencontre de comédiens, écrivains et musiciens partageant leurs souvenirs. Ce 28 décembre 1964[1], l’animateur de l’émission radiophonique rend visite à Nicole Vedrès qui, au cours de ces vingt prochaines minutes, se remémore ses Noëls passés. Voici différents moments de l’émission retranscrits : Lire la suite

Commémoration du cinquantenaire de la disparition de Nicole Vedrès (septembre 1911 – novembre 1965)

« L’influence de l’auteure, chroniqueuse, essayiste et réalisatrice française Nicole Vedrès aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale ne serait-ce que dans les milieux audiovisuel et radiophonique est un fait avéré. Que ce soit dans les émissions le masque et la plume ou lectures pour tous, Nicole Vedrès est devenue « l’un des visages attachants que guett[ait] le téléspectateur ». Femme de lettres avant tout, ses chroniques dans la revue Le Mercure de France et appréciées par les lecteurs se voient publiées sous forme de recueils entre 1958 et 1965. A travers six volumes, Nicole Vedrès y décrit le quotidien des gens du tout Paris, un moment dont l’auteure est modestement parvenue à en capturer le naturel. »

Extrait du fascicule Hommage à Nicole Vedrès (novembre 2015).

 

C’était il y a cinquante ans. Nicole Vedrès est morte le 20 novembre 1965 laissant derrière elle une œuvre aussi belle que sensible, aussi captivante que vivante, aussi naturelle qu’authentique. Cinquante ans, c’est également le sujet de l’un de ses articles paru en 1945 dans le journal mensuel des lettres et des arts, Labyrinthe. Intitulé Bilan. Mil neuf cent quarante-cinq, Nicole Vedrès se joint à d’autres personnalités afin de célébrer les cinquante ans du cinéma français. Elle y décrit ses premiers pas ainsi que ces premiers instants où il s’ouvre au monde. Un regard – la caméra, d’autant plus important pour elle, dont le rôle est de parvenir à capter ainsi que de reconstituer une scène de vie en tant que trace d’une époque, d’un évènement ou d’un lieu :

« […] si la valeur des films réalisés chez nous entre 1940 et 1944 est terriblement inégale, un fait important reste acquis. C’est que le cinéma français, dans une conjoncture politique et économique aussi néfaste, a montré qu’il ne pouvait même temporairement cesser d’exister à titre d’activité nationale artistique, collective. A considérer non plus les huit ou dix grands films de cette période, mais l’ensemble de la production (quelques trois cents films en tout), on trouvera sans doute des défauts importants. On pourra incriminer l’usage de thèmes désuets, une propension à se servir de la littérature (et de la moins bonne), assez de faux bon goût et, pour tout dire, un abus de recherche esthétiques chez des metteurs en scène que rien de disposait à de telles préoccupations. Pourtant le fond y est, le fond demeure. […] Avec un certain recul, il apparaîtra sûrement que le cinéma français a bien plus poussé son effort dans le sens de cette capture de la réalité (et nous parlons là aussi bien d’une réalité artistique que de la réalité quotidienne) que dans le sens de “l’évasion” dont on a si souvent et parfois si inopportunément parlé[1]. »

Jérôme Allain

<p style= »text-align: right »><strong><a href= »http://paris1900.hypotheses.org/446″>→ Retour à « Interlude »</a></strong></p>

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Commémoration du cinquantenaire de la disparition de Nicole Vedrès (septembre 1911 – novembre1965) » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 20 novembre 2015. URL : http://paris19000hypotheses.org/214

[1] Nicole Vedrès, « Bilan. Mil neuf cent quarante-cinq », Labyrinthe, 1945, p. 11.

Les Journées européennes du patrimoine 2015

« Les 19 et 20 septembre 2015 aura lieu en France la 32e édition des Journées Européennes du Patrimoine1. Cet évènement est l’occasion de découvrir, de partager, de transmettre et de promouvoir notre patrimoine. Qu’il s’agisse d’un édifice, d’un lieu de mémoire, d’un savoir, d’un savoir-faire ou d’un témoignage pour ne citer que quelques exemples, chacun à sa place et son inscription dans le cadre de ces Journées n’est pas uniquement liée à sa notoriété, mais plutôt comme vecteur de notre (H)histoire. Cette année 2015 s’intéressera au « patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir ».

Le thème retenu évoque bien évidemment la contemporanéité et l’inachèvement. Par sa contemporanéité, la loi promulguée du 20 février 2015 qui inscrit « les archives publiques dans la définition des trésors nationaux et ce quelle que soit leur date (y compris les archives très contemporaines) et leur lieu de conservation2 ». Par l’inachèvement, les actions menées. Ainsi, en est-il fait référence dans le programme officiel rédigé et diffusé par le Ministère de la Culture et de la Communication, la ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin, parle d’un « patrimoine en train de se faire ». L’usage de cette expression renvoie à la question d’un héritage contemporain « inachevé » : un mouvement artistique qui vient de naître, un édifice qui évoluera dans une dizaine, voire une cinquantaine d’années, un fonds d’archives collecté qui se verra enrichi par un versement dans quatre ans… Peut-être même que « certains » ne seront jamais achevés ou disparaîtront. Ce patrimoine doit également être protégé, préservé, répertorié, partagé, promu, car il est un élément de notre (H)istoire que celle-ci soit internationale, nationale, locale ou familiale. » Extrait du fascicule Près de la rue de Furstenberg

JournéesduPatrimoine_2015_CouverturePrès de la rue de Furstenberg

(cliquez sur le lien ci-dessus pour consulter ou télécharger le document numérique)

→ Retour à « Interlude »

Pour citer ce texte :

Référence électronique : ALLAIN J., « « Les Journées européennes du patrimoine 2015 » : le fascicule du Carnet de recherche » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 28 septembre 2015. URL : http://paris1900.hypotheses.org/200


1 C’est au cours d’une conférence européenne des ministres responsables du patrimoine architectural, qui s’est tenue à Grenade (Espagne) en 1985 – et faisant suite à la proposition du ministre français Jack Lang – que naissent les Journées européennes du patrimoine. Depuis ce 3 octobre 1985, les pays membres du Conseil de l’Europe s’emploient dans la mesure du possible

2 « Les archives reconnues comme trésors nationaux », Association des Archivistes Français, communiqué de presse, 25 mars 2015. Pour plus de détails, consultez le carnet de recherche de la sous-direction de la communication et de la valorisation des archives du Service interministériel des Archives de France (http://siafdroit.hypotheses.org/433)

« Sur la trace de Nicole Vedrès » : le fascicule du Carnet de recherche

Désormais, retrouvez tous les trois mois la version numérique du carnet de recheFascicule_01_Couverturerche « Sur la trace de Nicole Vedrès ». Ce support numérique vous propose de lire ou relire sous différents angles l’univers de l’auteure française Nicole Vedrès.

Le premier numéro est consultable en ligne ou téléchargeable en cliquant sur ce lien : Fascicule n°01

Jérôme Allain

 

Pour citer ce texte :

Référence électronique : ALLAIN J., « « Sur la trace de Nicole Vedrès » : le fascicule du Carnet de recherche » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 31 août 2015. URL : http://paris1900.hypotheses.org/187

1965-2015 : Hommage à Nicole Vedrès

Dans la préface de l’ouvrage Commémorations nationales édité en 2001 par la Délégation aux commémorations nationales, Jean Favier, alors membre de l’Institut président de la Commission française pour l’UNESCO membre du Haut Comité des célébrations nationales, a écrit « […] la naissance et la mort ne sont pas les seuls moments qui, dans l’histoire générale qui est l’histoire d’autrui, retiennent notre attention. La bataille d’Hernani m’importe plus que le premier vagissement de Victor Hugo, la mort de Berlioz a laissé moins de traces que son exaltation à la première parisienne de la Neuvième de Beethoven, et Pasteur me semble plus grand par sa victoire sur la rage que par le marbre de la crypte où on l’a glorifié[1]. » Quel plus bel hommage de proposer à ceux qui le désirent – et ceux curieux de nouvelles H(h)istoire – d’aller à la rencontre de l’œuvre de Nicole Vedrès à travers ses lettres, ses factures, ses brouillons, ses articles, ses entretiens, ses films et ses livres. C’est pourquoi, à compter du mois de juillet 2015, paraîtra tous les trois mois, deux textes sur des documents d’archives extraits de son quotidien afin de découvrir sous un autre regard l’univers de la chroniqueuse-essayiste.

Jérôme Allain

Pour citer ce texte :

Référence électronique : ALLAIN J., « 1965-2015 : Hommage à Nicole Vedrès » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 8 septembre 2014. URL : http://paris1900.hypotheses.org/173

[1] Jean Favier, « Préface » in Célébrations nationales, Délégation aux commémorations nationales, Service interministériel des Archives de France, 2001. [En ligne : http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/action-culturelle/celebrations-nationales/recueil-20001/preface/]

2015 : « … et gardons-nous d’oublier ! »

Nicole Vedrès nous a quitté il y a 50 ans.

Afin de commémorer cet évènement, un texte est actuellement consultable sur le site Internet du Service Interministériel des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication (voir le lien ci-dessous).

Merci à la délégation des commémorations nationales pour leurs actions et d’offrir aux internautes la possibilité de découvrir son œuvre.

Nicole Vedrès sur le site Internet des Archives de France

→ Retour à « Interlude »