Commémoration du cinquantenaire de la disparition de Nicole Vedrès (septembre 1911 – novembre 1965)

« L’influence de l’auteure, chroniqueuse, essayiste et réalisatrice française Nicole Vedrès aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale ne serait-ce que dans les milieux audiovisuel et radiophonique est un fait avéré. Que ce soit dans les émissions le masque et la plume ou lectures pour tous, Nicole Vedrès est devenue « l’un des visages attachants que guett[ait] le téléspectateur ». Femme de lettres avant tout, ses chroniques dans la revue Le Mercure de France et appréciées par les lecteurs se voient publiées sous forme de recueils entre 1958 et 1965. A travers six volumes, Nicole Vedrès y décrit le quotidien des gens du tout Paris, un moment dont l’auteure est modestement parvenue à en capturer le naturel. »

Extrait du fascicule Hommage à Nicole Vedrès (novembre 2015).

 

C’était il y a cinquante ans. Nicole Vedrès est morte le 20 novembre 1965 laissant derrière elle une œuvre aussi belle que sensible, aussi captivante que vivante, aussi naturelle qu’authentique. Cinquante ans, c’est également le sujet de l’un de ses articles paru en 1945 dans le journal mensuel des lettres et des arts, Labyrinthe. Intitulé Bilan. Mil neuf cent quarante-cinq, Nicole Vedrès se joint à d’autres personnalités afin de célébrer les cinquante ans du cinéma français. Elle y décrit ses premiers pas ainsi que ces premiers instants où il s’ouvre au monde. Un regard – la caméra, d’autant plus important pour elle, dont le rôle est de parvenir à capter ainsi que de reconstituer une scène de vie en tant que trace d’une époque, d’un évènement ou d’un lieu :

« […] si la valeur des films réalisés chez nous entre 1940 et 1944 est terriblement inégale, un fait important reste acquis. C’est que le cinéma français, dans une conjoncture politique et économique aussi néfaste, a montré qu’il ne pouvait même temporairement cesser d’exister à titre d’activité nationale artistique, collective. A considérer non plus les huit ou dix grands films de cette période, mais l’ensemble de la production (quelques trois cents films en tout), on trouvera sans doute des défauts importants. On pourra incriminer l’usage de thèmes désuets, une propension à se servir de la littérature (et de la moins bonne), assez de faux bon goût et, pour tout dire, un abus de recherche esthétiques chez des metteurs en scène que rien de disposait à de telles préoccupations. Pourtant le fond y est, le fond demeure. […] Avec un certain recul, il apparaîtra sûrement que le cinéma français a bien plus poussé son effort dans le sens de cette capture de la réalité (et nous parlons là aussi bien d’une réalité artistique que de la réalité quotidienne) que dans le sens de “l’évasion” dont on a si souvent et parfois si inopportunément parlé[1]. »

Jérôme Allain

<p style= »text-align: right »><strong><a href= »http://paris1900.hypotheses.org/446″>→ Retour à « Interlude »</a></strong></p>

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Commémoration du cinquantenaire de la disparition de Nicole Vedrès (septembre 1911 – novembre1965) » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 20 novembre 2015. URL : http://paris19000hypotheses.org/214

[1] Nicole Vedrès, « Bilan. Mil neuf cent quarante-cinq », Labyrinthe, 1945, p. 11.