Histoire d’un ouvrage oublié : enquête autour de la thèse d’Annette J. Smith consacrée à l’œuvre littéraire de Nicole Vedrès



Enquête autour de la thèse d’Annette J. Smith consacrée à l’œuvre littéraire de Nicole Vedrès


Temps de lecture : 2 minutes

Histoire d’un ouvrage oublié

« L’influence de l’auteure, chroniqueuse, essayiste et réalisatrice française Nicole Vedrès aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale ne serait-ce que dans les milieux audiovisuel et radiophonique est un fait avéré. Que ce soit dans les émissions le masque et la plume ou lectures pour tous, Nicole Vedrès est devenue « l’un des visages attachants que guett[ait] le téléspectateur ». Femme de lettres avant tout, ses chroniques dans la revue Le Mercure de France et appréciées par les lecteurs se voient publiées sous forme de recueils entre 1958 et 1965. A travers six volumes, Nicole Vedrès y décrit le quotidien des gens du tout Paris, un moment dont l’auteure est modestement parvenue à en capturer le naturel ». S’il s’agit d’un truisme pour ces gardiens de l’H(h)istoire, il apparait également que les archivistes eux-mêmes peuvent omettre cette première directive en ne conservant pas certaines étapes de leur travail. Certes la plateforme hypotheses est un formidable outil de médiation scientifique. Mais, elle ne peut pas complètement remplacer le processus de création. Tout comme, elle ne peut pas se substituer à l’auteur du carnet de recherche dans la publication de notes et dont la finalité est un partage de l’avancée de ses travaux.

En mars 2012, le laboratoire ALEF (Arts Littératures Échanges Frontières) de l’université de Rennes 2 a mis en place un séminaire interdisciplinaire autour de l’œuvre et de l’archive[1] qui s’est achevé en avril 2014. A cette occasion, plusieurs thèmes furent programmés : « l’Archive comme institution », « Détournement / Falsification / Réemploi », « l’Archive comme invention » ou encore « l’Archive et les nouvelles technologies ». C’est lors de ce dernier, que j’ai eu l’occasion d’intervenir autour de la question de l’absence et du manque au cours desquels les archivistes, les chercheurs ainsi que les étudiants peuvent se retrouver confrontés dans leur travail ou leur recherche. J’en suis venu à la conclusion que les archives face aux nouvelles technologies amènent à s’interroger sur la question de conservation et de falsification des fonds récoltés et versés. Quel que soit le support de l’information à transmettre, elle est créée avec ce que j’appelle ici un manque. Une absence d’information présente, en partie ou dans sa totalité, puisqu’elle est liée au document d’archives. Et c’est ce « non-dit » que nous retrouvons dans l’usage des technologies de l’information et qui parfois même peut en créer d’autre(s). Cette intervention est désormais accessible en ligne sur le site Archive ouverte HAL (cliquer sur l’illustration ci-dessous pour accéder au document numérique).

Jérôme Allain

 

illustration these Annette Smith

 

[1] Je reprends ici le terme employé dans les documents produits par le laboratoire ALEF.


Pour citer ce texte
Référence électronique : ALLAIN J., « Histoire d’un ouvrage oublié : enquête autour de la thèse d’Annette J. Smith consacrée à l’œuvre littéraire de Nicole Vedrès » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 24 décembre 2015. URL : https://paris1900.hypotheses.org/227



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search