Journée Internationale des Archives 2016

IAD2016

Dans le dossier de presse « Journée Internationale des Archives » produit et diffusé en 2016 par le Conseil International des Archives, son Président David Fricker, souligne que le thème Archives, Harmonie et Amitié retenu pour cette année « met […] en évidence le rôle des archives dans la société ; la recherche de la compréhension et de sens à travers nos patrimoines culturels et sociaux[1] ».

En effet, le rôle et les missions des archivistes dans le monde sont principalement de collecter, classer, conserver et communiquer la mémoire du monde. Aussi, leur travail est-il d’autant plus important qu’il leur faille être vigilant à la moindre trace qui témoignerait de ces moments de vie.

Toutefois, leur travail ne serait rien sans l’aide des producteurs qui ont depuis pris conscience de leur participation dans la transmission et la sauvegarde de l’H(h)istoire et de leur histoire. C’est pourquoi, cette journée du 9 juin est un témoignage d’amitié entre archivistes et producteurs, entre professionnels et passionnés, entre établissements et services privés et publics qui œuvrent pour préserver et partager le patrimoine mondial socioculturel.

Dans différents lieux et de différentes manières, il sera proposé ce 9 juin 2016 aux publics un usage et une perception des documents et pièces d’archives. Ainsi, en est-il pour le carnet de recherche « Sur la trace de Nicole Vedrès » où il sera question d’art et plus précisément de sculpture[2]. Car ne parlons-nous pas d’harmonie des formes et d’harmonie des couleurs.

En 1945, Léon Gishia propose à Nicole Vedrès un exercice d’écriture autour de la sculpture. Il s’agit d’un essai intitulé la Sculpture en France depuis Rodin. L’auteure porte une attention non pas à ce que nous pourrions définir d’environnement mais au courant de pensées comme trace d’une époque. Le lecteur peut alors constater que la structure de l’ouvrage permettrait à Léon Gishia et Nicole Vedrès d’interroger la place de la sculpture dans la société. Ainsi, au cours de ses recherches à partir de documents et de pièces d’archives, Nicole Vedrès réalise que cet art porte la trace de son époque. Dans le premier chapitre intitulé La sculpture officielle, L’auteure s’adresse au lecteur en expliquant que : « de tous les arts, la sculpture est sans conteste possible le plus « social », le plus collectif ; art d’extérieur qui vit la vie d’un temps et demanderait à ce que ce temps vécût la sienne. Sa destination fait qu’aujourd’hui encore, […] elle demeure un témoignage du présent. » Comme s’en explique Nicole Vedrès, cet art est intimement lié aux actes de la vie et de ce fait devient le témoin de période faste ou sombre. Elle prend alors pour exemple, des œuvres exposées dans un musée, un jardin public, sur une place, à l’église, à la mairie car toutes portent le ressenti et le vécu de gens contemporain tel que le poilu de Boucher (1921).

S’il fallait résumer en quelques lignes l’ouvrage écrit en collaboration avec Léon Gischia, cet essai porte un discours où tout art peut témoigner d’une époque et pour ce faire s’appuie sur les différents courants artistiques qui ont permis à la sculpture de recourir à différents mode d’expression.

A découvrir : GISCHIA L., VEDRÈS Nicole, La sculpture en France depuis Rodin, Paris, Seuil, coll. « Pierres Vives », 1945, 157 p.

 

Jérôme Allain

→ Retour à « Interlude »

Note : Logo de la journée internationale des archives (source : communiqué de presse – Journée Internationale des Archives, 2016)

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Journée Internationale des Archives 2016 » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 9 juin 2016. URL : http://paris1900.hypotheses.org/300

[1] Journée Internationale des Archives, jeudi 9 juin 2016 – Archives, Harmonie et Amitié, dossier de presse, ICA, 2016, p. 2.

[2] En outre, la sculpture n’est pas sans évoquer la période de l’Antiquité où harmonie se voit être la fille de Zeus et de la Pléiade Électre. Mariée à Cadmos, le fondateur de Thèbes en Béotie, ils furent tous deux métamorphosés en serpents à la fin de leur vie. La scène de mariage « figurait sur le trône trouvé dans le temple d’Apollon à Amyclai près de Sparte » (source : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/coupe-laconienne-figures-noires)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *