Art’chives : chronique (2015-2016)

Lorsque les archives rencontre l’archive

Au cours de ces huit années de recherches, de nombreuses pistes de réflexion et hypothèses ont permis d’enrichir les différentes formations discursives reposant sur le processus créatif chez Nicole Vedrès. Si l’objet de l’étude semble, en apparence, clairement délimité, les années écoulées ont mis en évidence qu’il en est tout autre. La collecte de nombreux documents et pièces d’archives portant, citant ou bien mentionnant l’acte de création chez l’auteure, chroniqueuse, essayiste et réalisatrice française Nicole Vedrès  a permis de croiser différentes pistes de réflexion et affirmations complémentaires, parfois contradictoires, qui reposent sur une série d’argumentations des plus légitimes.

Par ailleurs, tenter de comprendre le processus créatif chez Nicole Vedrès nécessite des connaissances en arts, en littérature, en cinéma, en théâtre, en histoire, en géographie ainsi qu’en archivistique. En d’autres termes, tenter d’appréhender l’œuvre de Nicole Vedrès implique de croiser, d’échanger, de partager ainsi que de transmettre travaux, textes produits ou non relatifs à Nicole Vedrès et son œuvre…

Huit années se sont écoulées au cours desquelles j’ai eu le plaisir de rencontrer les membres du Laboratoire ALEF (Arts Littératures Échanges Frontières) de l’Université de Rennes 2 lors de la mise en place d’un séminaire interdisciplinaire autour de l’œuvre et de l’archive. L’objectif de ses membres a été de se réunir autour d’un objet d’étude commun afin d’étudier « les glissements entre les approches méthodologiques et théoriques particulières des disciplines qui le composent : arts plastiques,cinéma, danse, histoire de l’art, littérature, musique et théâtre». En d’autres termes, l’impact de l’archive à travers le travail de l’artiste et du chercheur praticiens et théoriciens.Du point de vue méthodologique, « l’archive est un outil privilégié de la recherche scientifique, auquel tout chercheur se confronte, quel que soit son champ disciplinaire». Du point de vue du praticien, les archives produites ou reçues accompagnent la genèse de l’œuvre d’un artiste, d’un auteur, d’un réalisateur ou d’un metteur en scène.

À l’issue de ces différentes rencontres, un ensemble de textes a été publié entre 2015 et 2016 dans le bulletin de l’Association des Archivistes Français, Archivistes ! Parus dans la chronique intitulée « Art’chives », le contenu de ces articles tente d’appréhender différentes notions telle que l’ « archive » ou les « archives fluctuantes », ou bien de s’interroger sur le statut des archives des arts dans le cas de leur réemploi,de leur perception ainsi que de leur création. De même, a été évoqué la question de la valorisation d’un fonds d’archives de la recherche et de la création : quelle valeur peut-on attribuer aux archives administratives ou non produites par un laboratoire ? Comment est-il possible de valoriser des documents à la fois administratif et de la recherche pour lesquels le producteur est multiple et dont la version pourrait être qualifiée d’évanescente ? Voici les quelques points que vous pouvez dès à présent découvrir en cliquant sur le lien ci-dessous.

Jérôme Allain

→ Accéder à la deuxième série de la chronique

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Art’chives : chronique (2015-2016) » » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 28 février 2019. URL : http://paris1900.hypotheses.org/650


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search