Colloque international « La critique à l’écran : filmer la littérature »

Tenu les 28 et 29 mars 2019, le colloque international de l’université de Pau et des pays de l’Adour aborda les « films sur la littérature ». Pour ses organisateurs, l’une des questions fondamentales portait sur la différence entre critique filmée et critique écrite traditionnelle. C’est autour de cette réflexion que fut proposée et retenue une intervention portant sur l’acte de création Nicole Vedrès. Voyage vers « demain »…

Lorsque la matière prend vie, La Vie commence demain (1946-1953)

DU REPORTAGE D’ANDRÉ LABARTHE AU FILM DE MONTAGE D’ARCHIVES DE NICOLE VEDRÈS

Paru dans le quotidien France-Soir durant les mois de juin et juillet 1946 sous le titre « Voyage dans l’ère atomique », le reportage du physicien et essayiste français André Labarthe, relate l’opération américaine « Crossroads » qui débute le 1er juillet 1946 dans l’archipel des Marshall. Seul journaliste français à assister aux expériences atomiques américaines sur l’atoll de Bikini situé dans le Pacifique, André Labarthe fait de nouveau référence aux essais atomiques dans son livre, La Vie commence demain (1947). Décrit comme un livre d’anticipation ou de voyage sur les Etats-Unis, le ton du texte ainsi que l’agencement des chapitres de l’ouvrage tendent à se rapprocher de l’essai littéraire. Composé de trois parties intitulées « la vitesse », « l’automatisme » et « l’énergie », André Labarthe souligne les avancées technologiques et ses risques concomitants pour l’avenir.

L’histoire de La Vie commence demain ne s’arrête pas là…

Au cours de l’année 1947, André Labarthe croise la réalisatrice et chroniqueuse française Nicole Vedrès. De leur rencontre née La Vie commence demain (1949), un essai cinématographique narré qui relève à la fois de la fiction et du documentaire. Au-delà d’un discours qui « met en images » l’essai d’André Labarthe, Nicole Vedrès donne sens aux mots de l’auteur dont elle déplacera le discours, afin de questionner l’intégrité et le statut des images d’archives en tant que preuve d’un événement ou d’un fait passé dit authentique et de ce fait, le discours porté par le réalisateur ou l’auteur lui-même. En d’autres termes, l’altération de ces gardiens de notre H(h)istoire pourrait-elle déplacer irrévocablement leur discours ou pourrait-il subsister une trace ou une empreinte de l’époque à laquelle ils ont été produits ? Mais cet acte de création, semble avoir une terrible conséquence, l’effacement de l’auteur lui-même, André Labarthe.

Ainsi débuta la dernière communication relative à l’acte de création chez Nicole Vedrès qui se clôturera par l’annonce de l’écriture d’un ouvrage consacré à l’auteure-chroniqueuse-essayiste-réalisatrice française de l’Après-guerre.

Jérôme Allain

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Colloque international « La critique à l’écran : filmer la littérature » » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 3 mars 2019. URL : http://paris1900.hypotheses.org/664


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search