Sur la trace de Nicole Vedrès

Souvent citée pour avoir réalisé le premier film de montage d’archives, Paris mil neuf cent, la réalisatrice, auteure, chroniqueuse française Nicole Vedrès, méconnue du grand public, n’en est pas moins une figure importante du Saint-Germain-des-Prés de l’après-guerre. Malgré les publications qui portent, mentionnent ou citent l’auteure, ses textes et ses réalisations n’ont pas fait l’objet d’étude(s) en France. Il n’existe pas de monographie(s) et rares sont les ouvrages qui traite de l’œuvre de Nicole Vedrès à la fois dans les domaines du cinéma, de la littérature, de la presse, de la télévision et du théâtre. Voici en quelques lignes le parcours non exhaustif de l’auteure :

Nicole Vedrès est née le 4 septembre 1911 dans le seizième arrondissement de Paris. « Après des études à la faculté des lettres et à la faculté de droit, elle fit plusieurs séjours en Angleterre et en Allemagne où elle étudia le droit international. »

Durant l’Occupation, elle écrit trois ouvrages : Un siècle d’élégance française (éditions du chêne, 1943), Images du cinéma français (éditions du Chêne, 1945) aux et La sculpture en France depuis Rodin en collaboration avec Léon Gischia (Seuil, 1945).

À l’issue de la publication d’Images du cinéma français, Pierre Braunberger commande à Nicole Vedrès un film documentaire consacré aux films comiques de l’époque 1900. Au cours de sa recherche, avec l’aide de son assistant Alain Resnais, Nicole Vedrès trouve bien plus intéressant de travailler sur les actualités qui collaient, à cette époque, aux films comiques et, propose alors à Pierre Braunberger de réaliser un film de montage d’actualités. Ce dernier accepte et c’est ainsi que naît Paris mil neuf cent,  qui comme son nom l’indique, est un portrait du Paris de la Belle Epoque. Le film recevra deux distinctions : le prix Louis Delluc en 1947 ainsi que le prix Méliès en 1948. Nicole Vedrès réalise deux autres films. Tout d’abord, La Vie commence demain en 1950. Dans ce film, Nicole Vedrès donne la parole à des personnalités de son époque et amène le spectateur à s’interroger sur leur époque. En 1953, Nicole Vedrès réalise, en collaboration avec Jean Rostand, Aux frontières de l’homme. Ce film porte sur Jean Rostand lui-même et l’avenir de l’homme à travers la science.

Outre la réalisation de films documentaires, Nicole Vedrès s’essaye avec succès à l’écriture avec son premier ouvrage intitulé Le labyrinthe ou le jardin de Sir Arthur (1946) paru aux éditions Fontaine. S’ensuivent six autres romans publiés de 1953 à 1963.

Nicole Vedrès écrit également des chroniques dans la revue Le Mercure de France qui feront l’objet de publications sous forme de recoupement à compter de 1958. Le dernier ouvrage de chroniques est publié en 1965. À travers ces six volumes, Nicole Vedrès porte un regard amusé ou songeur sur le quotidien qui l’entoure et rend si vivante la ville de Paris.

L’année 1953 est marquée par les débuts de Nicole Vedrès dans l’émission de Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet et Max-Pol Fouchet, Lectures pour tous, pour laquelle elle participera durant neuf années. Durant cette période, Nicole Vedrès se joindra également à l’équipe de Michel Polac et de François-Régis Bastide, Le masque et la plume, diffusée sur la radio France et pour laquelle elle sera également l’un de leurs chroniqueurs de 1956 à 1962. Elle participe de la même façon à d’autres émissions comme dans Plaisir des lettres de Max‑Pol Fouchet de 1956 à 1958, dans La vie des lettres de Pierre Barbier de 1960 à 1963, ou encore dans Belles lettres de Pierre Barbier, Robert Mallet, Pierre Sipriot, Roger Vrigny de 1953 à 1954 et 1960.

Régulièrement invitée, avec d’autres confrères ou personnalités, sur les plateaux de la télévision ainsi que dans les studios de la radio française, Nicole Vedrès fait partie du quotidien des auditeurs et téléspectateurs.

Au cours de l’année 1965, Nicole Vedrès cesse d’écrire au Mercure de France ainsi que ses apparitions à  Lectures pour tous. C’est le 20 novembre 1965 qu’elle décède. En 1966, son unique une pièce de théâtre intitulée les Canaques est publié par les éditions Mercure de France.

À la lecture des articles de presse et des correspondances (éditoriale et privée), sa notoriété en tant qu’auteur se confirme tout au long de sa carrière. Néanmoins, à compter du début des années 1970, son nom s’efface des mémoires. Sans en connaître la raison, son travail est de moins en moins évoqué. Comme Max-Pol Fouchet, l’un de ses amis, l’a écrit en quatrième de couverture dans l’ouvrage intitulé, la Dilettante, « elle est méconnue ». Ce carnet de recherche a pour ambition d’exposer le plus assidument possible, en partant d’archives et de sources premières, l’œuvre de Nicole Vedrès.

Jérôme Allain

→ Retour au sommaire

Pour citer ce texte :

Référence électronique : ALLAIN J., « Sur la trace de Nicole Vedrès » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 8 septembre 2014. URL : http://paris1900.hypotheses.org/75


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *