A propos Jérôme Allain

Archiviste contractuel de la fonction publique territoriale, Jérôme Allain poursuit ses travaux de recherche soutenus en juin 2013 autour de deux axes : la question du statut des instruments de recherche conçus pour les usagers des services d’archives, ainsi que les pratiques et recherches recourant aux archives publiques ou privées face à la masse d’informations et l’absence de données. Membre du comité de rédaction de la revue La Gazette des archives depuis le mois de juillet 2016, il est également, depuis l’année 2015, l’auteur de la chronique « Art’chives » dans Archivistes ! de l’Association des Archivistes Français – publication consacrée aux archives des arts ainsi qu’à la question des traces dites culturelles ou artistiques dans les documents administratifs des services publics (ordres de mission, feuilles de réservation, bons de commande…).

Les archives du présent : approche et proposition d’une définition

Lors du Congrès EAM – le Réseau européen de recherche sur l’avant-garde et le modernisme – qui se déroula à Rennes du 1er au 3 juin 2016, une intervention intitulée « La Vie commence demain (1949) de Nicole Vedrès, une enquête falsifiée sur le statut des archives du présent ou une quête diachronique de la fiabilité des archives en art », expose plusieurs éléments autour de l’acte de création ainsi que le processus de création de l’auteure, chroniqueuse et réalisatrice française Nicole Vedrès. Cette communication proposa, à cette occasion, à l’ensemble des participants et du public une définition des archives du présent extraite de travaux menés depuis 2012.

Cette intervention est désormais accessible en ligne sur le site Archive ouverte HAL (cliquer sur l’illustration ci-dessous pour accéder au document numérique).

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Les archives du présent : approche et proposition d’une définition » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 3 avril 2017. URL : http://paris1900.hypotheses.org/508

Interlude

Les évènements culturels, les commémorations ainsi que les célébrations sont l’occasion de découvrir sous une thématique l’œuvre de l’auteure, chroniqueuse, essayiste et réalisatrice française Nicole Vedrès.

Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins 2016

Journée internationale des archives 2016

Journée mondiale du livre et du droit d’auteur 2016

Souvenirs de Noël

Commémoration du cinquantenaire de la disparition de Nicole Vedrès (septembre 1911 – novembre 1965)

Journées européennes du patrimoine 2015

2015 : « … et gardons-nous d’oublier ! »

 

Jérôme Allain

→ Retour au sommaire

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Interlude » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 2 février 2017. URL : http://paris1900.hypotheses.org/446

Dernières nouvelles

carnetderecherche_dernieresnouvelles

RUBRIQUE « Nicole Vedrès »
Pas de nouvel article.

RUBRIQUE « Sur les traces de »
Pas de nouvel article.

RUBRIQUE « Collecter »
Pas de nouvel article.

RUBRIQUE « Classer »
Pas de nouvel article.

RUBRIQUE « Conditionner »
Pas de nouvel article.

RUBRIQUE « Communiquer »
Avril 2017 : Les Archives du présent, proposition d’une définition à partir du processus création de l’auteure et réalisatrice Nicole Vedrès.
Février 2017 : Interlude. Sommaire des évènements culturels, les commémorations ainsi que les célébrations sont l’occasion de découvrir sous une thématique l’œuvre de l’auteure, chroniqueuse, essayiste et réalisatrice française Nicole Vedrès.

Concernant le Carnet de recherche
31 janvier 2017 : Mise en ligne de la troisième version. Réorganisation et ajouts de rubriques.
31 août 2016 : attribution d’un numéro ISSN pour la publication en ligne de Sur la trace de Nicole Vedrès.

→ Accéder au sommaire
→ Retour à la page d’accueil

Sommaire

carnetderecherche_sommaire

Sélectionner le chapitre ou le sujet présenté

Présentation

Introduction

Nicole Vedrès

Biobibliographie
Œuvre de Nicole Vedrès (bibliographie et sources)

Sur la trace de

Genèse d’une recherche
Axe de recherche 01 (2012-2017) : Le projet de recherche (3 parties)

Axe de recherche 02 (2017-2022) : Le projet de recherche

Collecter

Le chercheur et l’archiviste face aux fonds d’archives d’auteurs

Classer
⇒ Lire

Conserver
⇒ Lire

Communiquer

Le fascicule du Carnet de recherche
Interlude
Valorisation

A propos

Accéder à la page

Crédits

Accéder à la page

Accéder aux dernières nouvelles

→ Retour à la page d’accueil

Histoire de l’écriture et écriture de l’histoire : Nicole Vedrès et l’ « élégance du geste »

Paru en juillet 2016, les lectrices et lecteurs peuvent découvrir à travers Histoire de ecriturehistoirel’écriture et écriture de l’histoire les actes du colloque international qui se déroula du 12 au 14 mars 2014 à l’Institut Catholique de Toulouse. Cet ouvrage collectif réuni les textes de plus d’une trentaine de chercheurs venus de divers pays qui partagent et transmettent les conclusions de leurs travaux, leurs interrogations, leurs hypothèses et pistes de réflexion autour de sujets consacrés à l’écriture de l’histoire et l’histoire de l’écriture, dont voici un court extrait du texte introductif de Bernadette Rey Mimoso-Ruiz :

« Si l’on convient que la période « Histoire » commence avec l’écriture, en faisant fi des marques laissées sur les parois des grottes comme autant de témoignages de vie, de croyances et de formes de pensée, il faut bien admettre que l’écriture dans ses premiers moments était un message destiné aux échanges commerciaux plus qu’au désir de conserver une trace des événements importants d’un peuple. Intermède de courte durée, si l’on en juge par les tablettes épiques qui appartiennent à la célébration d’un peuple et, très vite, des inscriptions à la gloire de son chef. Écrire l’Histoire s’avère dès le commencement une entreprise au service d’une cause, d’un personnage, d’un pouvoir.

La tentation d’embellir le réel en rapportant des faits mêle intimement récit mythique et réalité temporelle, accordant au factuel une dimension sacrée que la personne royale incarne et qui justifie d’autant son autorité. Écrire l’histoire est, avant tout, porter témoignage sur son temps à destination des générations futures en leur léguant une fierté identitaire. Lire la suite

Images du cinéma français de Nicole Vedrès : un essai iconographique sur l’évolution du cinéma français de la première moitié du XXe siècle

La plupart des articles, communications et émissions radiophoniques consacrés à Nicole Vedrès portent naturellement sur son premier film de montage d’archives Paris 1900 (1947), sa participation en tant que chroniqueuse à Lectures pour tous et ses nombreuses chroniques parues dans la presse française après la Seconde Guerre mondiale. Afin de mieux connaître l’œuvre de l’auteure, cet article s’intéresse à l’un de ses premiers livres peu connu des publics. Lire la suite

Les Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins 2016

Créées en 1998, les Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins se déroulent chaque année le troisième week-end du mois de juin.  Lors de cet évènement, les publics peuvent 0b5264_2fd3fb2ac0f449a5b608ffcbeb173996(re)découvrir les métiers et savoir-faire traditionnels, le bâti, le paysager, les sites et paysages ainsi que le patrimoine immatériel.

Pour cette 19e édition des Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins qui aura lieu les 18 et 19 juin 2016, les « métiers et savoir-faire » seront mis à l’honneur. Au cours de ces deux journées, les visiteurs auront l’opportunité de « découvrir les métiers du patrimoine (dentellière, sculpteur, artisans du  bâtiment, meunier, ébéniste, restaurateur, ferronnier, céramiste, apiculteur, maréchal – ferrant, etc.), les lieux de ces métiers (forge, moulin, atelier verrier, coutellerie, etc.), les savoir – faire et leurs outils (compas, tour de potier, tour à bois, rouet, meule, four à pain, charrue ,métier à tisser, etc.), [ainsi que] les matières et produits (chanvre, chaux , pierre, bois, fer forgé, pigments, etc.)[1] »

Pour cette nouvelle édition, nous porterons notre regard sur le métier de couturier à travers deux textes de Nicole Vedrès, Au rythme du jour et Au rythme de la nuit, dans lesquels l’auteure décrits leurs créations comme des demoiselles se rendant à un bal ou à une fête, ou bien encore la « robe paysanne [partant à la découverte du vieux monde ou déambulant dans l’un des quartiers de la Capitale] née dans l’imagination du couturier en même temps que les premiers bourgeons. Dès le moi de mai, elle fait son apparition et se glisse dans la vie de la Cité. Elle est déjà classique, on parle d’elle comme des marronniers du Rond-Point. Mais si chacun aime sa grâce éphémère, c’est parce qu’elle a la sagesse de “naître avec le printemps et de nourrir avec les roses.”[2] » Les mots de Nicole Vedrès tourbillonnent et l’auteure partage avec les lectrices et les lecteurs un moment de vie où « la mode, à sa manière, illustre l’Histoire ».[3] L’album dirigé par Jacques Wilhelm, conservateur adjoint au musée Carnavalet, prend alors un autre sens. Celui où la valse de lithographies, d’héliographies, de photographies, de textes ainsi que de reproductions de documents d’archives louent les œuvres des couturiers et tailleurs de l’Après-guerre dont les créations reflètent le vécu et le ressenti d’une époque car l’un discours de l’ouvrage met en avant que « les événements les plus bouleversants, pour un pays, sont généralement suivis d’une mode nouvelle. La canadienne en velours côtelé restera la création-type de la guerre. Inspirée par les besoins de l’époque, plutôt que dictée par un caprice, la canadienne mariée à la bicyclette, a été adoptée aussitôt lancée, par la majorité des femmes. De même que la robe ample et fleurie, la canadienne a connu une grande vogue. On l’a même retrouvée, en faille, en soie, en satin, pailletée, aux heures élégantes de dîner.

La gravité de l’heure, l’absence de chauffage dans les endroits qui nous ont fait assister à une sorte de stabilisation de la mode. Les couturiers avec un tact parfait se sont contentés d’être stricts et classiques, mettant le luxe et la distinction au service de la Coupe et de la Ligne. Les tailleurs et les robes pratiques ont pris, dès lors, une place de choix dans les collections et l’on voit ces ensembles du matin donner l’exacte idée de ce que les créateurs peuvent faire avec la discrétion et le goût.

Mais demain ? L’atmosphère nouvelle de la Capitale, l’espoir des jours meilleurs ont dû déjà inspirer les couturiers d’après guerre que les prochaines collections vont nous révéler, une mode plus précieuse et plus féminine puisqu’on parle de volants, de dentelles, et même de jupes longues.[4] »

Jérôme Allain

→ Retour à « Interlude »

Note : Logo des journées du patrimoine de pays & des moulins (source : Communiqué de presse, journées du patrimoine de pays & des moulins, Fédération Patrimoine-Environnement, 2016)

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Journées du patrimoine de pays & des moulins » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 18 juin 2016. URL : http://paris1900.hypotheses.org/315

 

[1] Communiqué de presse, journées du patrimoine de pays & des moulins, Fédération Patrimoine-Environnement, 2016

[2] Nicole Vedrès, « Au rythme du jour » in Le théâtre de la mode, Paris, S.M.E.P., 1945, [n. p.].

[3] Sans titre in Le théâtre de la mode, Paris, S.M.E.P., 1945, [n. p.].

[4] Sans titre in Le théâtre de la mode, Paris, S.M.E.P., 1945, [n. p.].

Journée Internationale des Archives 2016

IAD2016

Dans le dossier de presse « Journée Internationale des Archives » produit et diffusé en 2016 par le Conseil International des Archives, son Président David Fricker, souligne que le thème Archives, Harmonie et Amitié retenu pour cette année « met […] en évidence le rôle des archives dans la société ; la recherche de la compréhension et de sens à travers nos patrimoines culturels et sociaux[1] ».

En effet, le rôle et les missions des archivistes dans le monde sont principalement de collecter, classer, conserver et communiquer la mémoire du monde. Aussi, leur travail est-il d’autant plus important qu’il leur faille être vigilant à la moindre trace qui témoignerait de ces moments de vie.

Toutefois, leur travail ne serait rien sans l’aide des producteurs qui ont depuis pris conscience de leur participation dans la transmission et la sauvegarde de l’H(h)istoire et de leur histoire. C’est pourquoi, cette journée du 9 juin est un témoignage d’amitié entre archivistes et producteurs, entre professionnels et passionnés, entre établissements et services privés et publics qui œuvrent pour préserver et partager le patrimoine mondial socioculturel.

Dans différents lieux et de différentes manières, il sera proposé ce 9 juin 2016 aux publics un usage et une perception des documents et pièces d’archives. Ainsi, en est-il pour le carnet de recherche « Sur la trace de Nicole Vedrès » où il sera question d’art et plus précisément de sculpture[2]. Car ne parlons-nous pas d’harmonie des formes et d’harmonie des couleurs.

En 1945, Léon Gishia propose à Nicole Vedrès un exercice d’écriture autour de la sculpture. Il s’agit d’un essai intitulé la Sculpture en France depuis Rodin. L’auteure porte une attention non pas à ce que nous pourrions définir d’environnement mais au courant de pensées comme trace d’une époque. Le lecteur peut alors constater que la structure de l’ouvrage permettrait à Léon Gishia et Nicole Vedrès d’interroger la place de la sculpture dans la société. Ainsi, au cours de ses recherches à partir de documents et de pièces d’archives, Nicole Vedrès réalise que cet art porte la trace de son époque. Dans le premier chapitre intitulé La sculpture officielle, L’auteure s’adresse au lecteur en expliquant que : « de tous les arts, la sculpture est sans conteste possible le plus « social », le plus collectif ; art d’extérieur qui vit la vie d’un temps et demanderait à ce que ce temps vécût la sienne. Sa destination fait qu’aujourd’hui encore, […] elle demeure un témoignage du présent. » Comme s’en explique Nicole Vedrès, cet art est intimement lié aux actes de la vie et de ce fait devient le témoin de période faste ou sombre. Elle prend alors pour exemple, des œuvres exposées dans un musée, un jardin public, sur une place, à l’église, à la mairie car toutes portent le ressenti et le vécu de gens contemporain tel que le poilu de Boucher (1921).

S’il fallait résumer en quelques lignes l’ouvrage écrit en collaboration avec Léon Gischia, cet essai porte un discours où tout art peut témoigner d’une époque et pour ce faire s’appuie sur les différents courants artistiques qui ont permis à la sculpture de recourir à différents mode d’expression.

A découvrir : GISCHIA L., VEDRÈS Nicole, La sculpture en France depuis Rodin, Paris, Seuil, coll. « Pierres Vives », 1945, 157 p.

 

Jérôme Allain

→ Retour à « Interlude »

Note : Logo de la journée internationale des archives (source : communiqué de presse – Journée Internationale des Archives, 2016)

Pour citer ce texte

Référence électronique : ALLAIN J., « Journée Internationale des Archives 2016 » in Sur la trace de Nicole Vedrès [en ligne]. 9 juin 2016. URL : http://paris1900.hypotheses.org/300

[1] Journée Internationale des Archives, jeudi 9 juin 2016 – Archives, Harmonie et Amitié, dossier de presse, ICA, 2016, p. 2.

[2] En outre, la sculpture n’est pas sans évoquer la période de l’Antiquité où harmonie se voit être la fille de Zeus et de la Pléiade Électre. Mariée à Cadmos, le fondateur de Thèbes en Béotie, ils furent tous deux métamorphosés en serpents à la fin de leur vie. La scène de mariage « figurait sur le trône trouvé dans le temple d’Apollon à Amyclai près de Sparte » (source : http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/coupe-laconienne-figures-noires)

Archives du présent : proposition de définition (Congrès EAM 2016, Rennes, Ille-et-Vilaine, France)

EAM2016« L’intérêt [croissant] pour les dimensions culturelles et contextuelles de l’avant-garde et du modernisme en Europe au cours des 19ème et 20ème siècles, [ainsi que l’encouragement à] la recherche interdisciplinaire et intermédiale sur les esthétiques et les poétiques expérimentales[1] » a conduit l’EAM – le Réseau européen de recherche sur l’avant-garde et le modernisme – de mettre en place le premier congrès biannuel en 2008 qui s’est déroulé à l’université du Gent en Belgique. En parallèle, une plateforme de rencontre et de discussion pour les chercheurs en Europe a également été mise en place. Neuf ans plus tard, cette cinquième conférence, qui s’est déroulée du 1er au 3 juin 2016 à l’Université Rennes 2 (Rennes, France), Lire la suite